Le père de Paige fait un scandale à l’école à propos des « avantages » accordés à Emily. Byron rencontre Ezra et pense qu’il fricote avec Ella alors que Spencer devient amie avec Toby. Caleb se présente à Ashley et aide Hannah à démasquer un fraudeur qui se fait passer pour le neveu de Mme Potter.

Comme le proclame le titre de ce 17ème épisode, la normalité, c’est surfait et surtout chacun en a la perception qu’il désire ! The New Normal s’amuse donc à démonter une à une les personnalités un peu anticonformistes de la série : en somme toute personne qui n’est pas l’une des 4 héroïnes. Et c’est assez plaisant.

Ainsi, Toby trouve une échappatoire et une pierre de touche dans sa nouvelle relation d’amitié avec Spencer qui forment étonnamment un bien beau couple. Sans doute parce qu’au final, les personnages se ressemblent. Ils sont tous les deux un peu sombres, effacés, mais dans le bon sens. Et puis, c’est à eux que l’on doit la nouvelle énigme de la semaine, soit ce chiffre 214 qui se révèle apparemment être une chambre de motel. Un endroit où Jenna retrouve quelqu’un peut-être ? D’ailleurs, à propos de cette dernière, toujours aussi flippante et malsaine (si sa petite nuisette noire est bien pour son frère !!!), j’ai vraiment de plus en plus de mal à croire en sa cécité. Franchement, quel aveugle se regarde dans un miroir après avoir essayé un vêtement ?!

Le bad boy n°2 alias Caleb continue de nous surprendre et de gagner petit à petit le cœur d’Hannah en se présentant comme il se doit à Ashley, qui ignore toujours qu’il squatte son sous-sol, et surtout en mettant très vite en doute la personnalité du fameux neveu sorti de nulle part de la vieille Potter. Bravo à ce jeune homme décidément plein de surprises et, il faut l’avouer, assez charmant avec ses faux airs de Tim Riggins (de Friday Night Lights).

Les masques tombent aussi autour de Paige dont le papa très énervant campé par Connor Trinneer (l’inoubliable Trip d’Enterprise et le Michael de Stargate Atlantis) est très homophobe. Il risque donc bel et bien la crise cardiaque quand il comprendra que sa fille est également gay et en pince pour sa rivale.

Introduire un personnage aussi détestable que ce Nick est l’occasion de contrebalancer les mauvaises ondes envoyées jusqu’ici par la mère d’Emily qui se montre, enfin, humaine et compréhensive envers sa fille. Certes, elle n’est pas prête à accepter, mais personne ne saurait faire du mal à son Emily. Laquelle est encore plus passive que d’habitude dans cet épisode.

Enfin, doucement, sûrement, et assez maladroitement aussi, les scénaristes posent les bases d’une sorte de triangle amoureux pourri Aria/Ezra/Ella, déjà évoqué dans la première partie de la saison, qui ne peut être qu’à sens unique du côté d’Ella dont les yeux brillent chaque fois un peu plus pour le joli prof d’anglais. A noter l’amusante scène du coup de fil de Byron qui coupe tout effet romantique à Aria et Ezra.

Rien d’exceptionnel dans The New Normal mais une volonté intéressante de redéfinir et de faire évoluer les personnages autour des filles tout en continuant à développer des associations aussi pétillantes. Voici qui fait le « show » !

avatarUn article de .
1 commentaire