La plus grosse affaire d’Henry Spencer est réexaminée par la police, le coupable étant libéré. Le Chief Vick confie le dossier à Shawn et Gus.

La saison se dirige vers des épisodes à thématique, celui-ci confirmant cette mouvance, de même que si pour l’occasion, c’est la police de Santa Barbara qui confie l’affaire, Juliet et Lassiter ne travailleront pas avec Shawn et Gus.

L’épisode se plonge dans une ambiance 70’s, et comme d’habitude, c’est musique, vêtement et style que l’on exploite. On a le droit à une affaire de poseurs de bombes, un cliché de ces années. Il faut un peu de temps avec que Shawn et Gus enfile le costume, mais passé ce moment-là, le tout devient plus débridé. Tout particulièrement, la pseudo course de voiture. D’ailleurs, cette histoire de bagnole est sûrement ce qu’il y a de mieux dans l’affaire, source des meilleurs moments comiques, jusqu’à la dernière scène.

Ici, pas besoin de prétexte pour ramener Henry Spencer, on sait très bien pourquoi il est mêlé à l’histoire. De cette nouvelle saison, c’est le personnage qui a finalement pris le plus d’importance, s’intégrant bien mieux aux aventures de Shawn et Gus. Cela permet donc de continuer le développement relationnel entre les deux hommes. D’ailleurs, quand la mère de Shawn est-elle partie ? Cette intrigue ne parait pas avoir trouvé de réelles conclusions. Qu’importe, les relations entre Shawn et Henry ont beaucoup progressé depuis le début de la série, et cela continue d’être étoffé.

C’est Lassiter et Juliet qui pâtissent pour le moment de la tournure des évènements, héritant de l’intrigue la plus faible.

C’était donc un épisode assez funky, plongeant temporairement Shawn et Gus dans une époque qu’ils n’ont pas connue, et ainsi évitant le côté nostalgique, exploitant assez bien les clichés télévisuels de l’époque.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire