Psych – Extradition : British Columbia (4.01)

En vacances au Canada pour faire du ski, Shawn et Gus tombent par hasard sur Pierre Despereaux, un voleur d’art recherché internationalement, en particulier par Lassiter qui prend le premier avion pour rejoindre le médium en Colombie-Britannique.

Pour la reprise, Psych nous joue un tour en utilisant son décor pour ce qu’il est, la Colombie-Britannique. C’est finalement assez rare qu’une série américaine tournée au Canada se déroule vraiment au Canada, et pour une fois, c’est le cas.

Shawn avait prévu des vacances à la montagne avec Abigail, mais un changement de dernière minute l’oblige à emmener Gus. Cela sera source de quelques scènes plutôt humoristiques, car le duo suit le programme romantique organisé à l’avance.

Mais passons, car nos détectives se lancent dans une grande aventure : capturer un voleur à la réputation internationale, Pierre Desperaux. Ce dernier est joué par Cary Elwes qui embrasse le style gentleman cambrioleur avec classe et retenu. D’ailleurs, il faut noter que l’épisode en lui-même ne plongera pas dans les excès – ce qui ne veut pas dire que la série est soudainement devenue subtile. En fait, la saison 3 fut quelque peu décevante avec ses enquêtes plus prétextes à mettre Shawn et Gus dans des situations qu’à les pousser à mener des investigations. Cette reprise prend le parti d’inverser la vapeur et d’utiliser le contexte pour servir l’enquête.

Certes, le coup du voleur d’art est un peu gros, mais cela permettra de faire venir Lassiter et Jules, le premier étant continuellement obsédé par son arme à feu, comme toujours. De plus, le fait qu’ils ne soient pas à Santa Barbara complique la tâche, mais offre surtout l’opportunité de retrouver le duo dans une position moins confortable qui nous rappelle les débuts de la série.

Pour finir, côté humour, la reprise est assez bonne. Entre les références et les tours que les deux amis se jouent, sans oublier Lassiter, il y a du bon matériel qui ne fonctionnera pas à tous les coups, mais qui se révèlera quand même des plus efficaces.

Cette reprise est donc réussie, nous offrant une histoire qui respecte les codes de la série, nous délivrant une pointe de mystère très légère et un humour pas trop lourd. Shawn et Gus ont la forme et si on excepte l’utilisation inutile d’Henry, les personnages secondaires sont utilisés convenablement, trouvant une place logique – même si un peu forcée par moment. Ce démarrage est plus qu’encourageant pour la suite, espérons que cela se confirmera.