Shawn et Gus partent pour Vancouver afin de rendre visite à Despereaux qui est en prison. Ce dernier les utilise pour s’évader et commettre un crime. Cependant, le voleur va lui-même se faire piéger et se retrouve accusé de meurtre.

Pour lancer la seconde partie de la saison, Psych ramène l’un de ses anciens criminels, Pierre Despereaux, précédemment apparu dans l’épisode Extradition : British Columbia (4.01).

Les retrouvailles sont organisées par Desperaux lui-même et réservent leur lot de surprises. Non seulement le voleur va se servir des détectives pour commettre un vol, mais en plus, il va finir par leur demander de l’aide pour prouver qu’il est innocent d’un autre crime.

L’histoire part donc complètement en vrille, entre les multiples crimes, Desperaux qui manipule, vole, et se fait piéger, tandis que Shawn et Gus n’arrivent pas à savoir s’ils veulent l’aider ou non. Enfin, Shawn surtout, car il a développé une certaine admiration pour le voleur, alors que Gus fait son habituel rabat-joie, et ce, avec tout le talent qu’on lui connait.

Au milieu, on injecte une légère dose de Lassiter, on ramène Mackintosh, et quelques twists bien pensés complètent le tout pour mélanger à merveille humour, action, et mystère.  Basiquement, c’est la recette d’un bon épisode de Psych.

Cela dit, il fallait également revenir sur la partie « romantique » de la série, et ça ne commence pas très bien. L’épisode s’ouvre sur Shawn cherchant à parler à Juliet qu’il croit prête à partir avec Declan. La relation amoureuse Shawn/Juliet n’a que rarement donné de bonnes choses, car sa tonalité colle difficilement avec l’ambiance générale de la série, ça devient alors vite de la guimauve. Et c’est ce que l’on a ici encore, enfin, au début. La chute de l’épisode suivait le même chemin, mais avec quelques analogies bien écrites, il y a un sursaut et, au lieu de renvoyer tout au point de départ, un pas va être franchi et cela se sent immédiatement. Finalement, le couple montre qu’il a du potentiel si on le sort de son impasse, mais il va falloir que ça se confirme par la suite.

Au final, Extradition II: The Actual Extradition se montre des plus divertissants, même si un peu plus de Gus et de Lassiter n’aurait pas fait de mal. Ajoutons que Cary Elwes et son accent ridicule font des merveilles et on ne peut qu’espérer un autre retour désormais.

N.d.A. : Par faute de temps, tous les épisodes de la fin de saison ne seront pas critiqués. Seuls le spécial Twin Peaks, le retour de Yin, et celui de Noël le seront.