Psych : He Loves Me, He Loves Me Not, He Loves me, oops, he’s dead (1.14)
Lassiter confie lui-même une enquête à Shawn. Ce que Gus trouve étrange, mais Shawn voit ça comme une opportunité. Résultat : ils atterrissent dans la salle d’interrogatoire où un homme nu les attend.
Cette enquête va les mener dans le monde du speed-dating, au milieu des Leprechauns.

Cet épisode signe le retour de Karen Vick, leur supérieur, ce qui me rend heureuse.

Cette deuxième partie de saison est moins drôle que la première bien que je pense que celui-là soit assurément le plus marrant depuis la reprise. J’aime beaucoup le fait que le père à Shawn soit plus présent et qu’on voit la véritable relation qui le lie avec son fils. De même, le fait que Lassiter soit là ne peut être qu’un plus pour la série, le personnage ne fait que prendre de l’envergure, comme Gus. Ils me font tous de plus en plus rire, et à cette vitesse, Shawn risquerait de devenir le maillon faible du trio !

Le point faible de cet épisode est à mon avis Juliet et l’histoire Juliet/Shawn. C’est assurément le personnage que j’aime le moins, mais elle avait bénéficié d’un bon traitement et est franchement sympathique. Alors, si la possibilité d’un couple Juliet/Shawn avait déjà dû être évoquée avant, par des petites réflexions par-ci par-là, c’était sans encombre et dans le ton de la série.
Les scénaristes ont du remarquer que pas mal de fans aimeraient voir cette relation se développer, mais le ton un peu trop sérieux que cela emprunte dans l’épisode me laisse perplexe quant à cette possibilité scénaristique, ou même celle à intégrer durablement dans la vie d’un de nos héros une petite amie.

Au final, l’intrigue policière est assez faible, surtout que l’on sait rapidement qui est coupable. Le guest starring devrait être revu à la baisse.
L’enquête en prend donc un coup en faveur d’un humour peut être plus présent, mais lui aussi gâché par deux/trois scènes, assez courte soulignons le, entre Shawn et Juliet.
Un bon ensemble avec quelques erreurs.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire