Mary reprend contact avec Shawn et Gus après avoir lu le livre de Yang qui lui a indiqué que la psychopathe avait un complice, Mr. Yin. Celui-ci entre en action et envoi tout le monde dans une nouvelle course contre la montre.

Pour clôturer la saison, Andy Berman et James Roday (qui réalise également) refont équipe pour nous livrer la suite du season finale de l’an passé. J’avoue que la fin d’An Evening with Mr. Yang ne m’avait pas vraiment convaincu, en particulier Ally Sheedy qui reprend ici son rôle et qui me semble toujours abusivement ridicule.

Mais Yang n’est plus la tueuse, elle sert juste à faire un passage ouvertement assumé comme étant inspiré par Le Silence des Agneaux. Il y a donc un nouveau psychopathe prêt à jouer avec Shawn, bien que celui-ci opte au premier abord pour ne rien faire. Le problème, c’est qu’il ne va pas avoir le choix, Mary (Jimmy Simpson) étant bien trop motivé pour laisser tomber de son côté.

On va donc reprendre la formule de la première partie, à savoir : une suite de pistes et des gens à sauver avant qu’il ne soit trop tard. Le rythme est dès lors assez soutenu, laissant quand même un peu de place pour la comédie – malgré le ton général de l’histoire.

Le truc de cette nouvelle chasse au tueur est que tout est fait dans l’esprit Hitchcock. Le tueur s’inspire des films du célèbre réalisateur, tandis que James Roday applique ses techniques afin de faire des références visuelles pour mieux nous immerger dans les scènes. C’est souvent assez bien fait et même plutôt inventif. Le concept est donc parfaitement exploité, dommage qu’il soit par moment à ce point explicité, car au niveau des dialogues, cela peut occasionnellement être répétitif.

Quoi qu’il en soit, plus l’épisode avance et plus les enjeux deviennent graves et le suspens monte. De plus, tout le monde ne s’en sort pas indemne, ce qui augmente la tension à l’approche de la conclusion. Celle-ci ne sera pas vraiment tournée vers l’affaire du jour, mais plutôt vers le futur de la série.

D’un côté, Shawn et Abigail font le point sur leur relation, de l’autre, Henry se retrouve forcé d’accepter le job que Vick lui a proposé. Ces deux points vont changer la dynamique de la prochaine saison, et ce, de manière plutôt intéressante.

Cette quatrième saison se conclut donc sur un épisode d’assez bonne facture qui arrive à jongler avec la gravité de ses thématiques et la légèreté de ton de la série quand besoin est. Une bonne façon de conclure, en attendant le retour de Psych l’été prochain.