Quand l’oncle de Shawn, Jack (Steven Weber), vient leur rendre visite, clamant posséder une carte d’un trésor espagnol, Shawn, Gus, et Henry se retrouvent poursuivi par un groupe d’aventuriers voulant mettre la main sur le pactole.

Josh Bycel, scénariste de l’épisode, veut nous faire vivre la grande aventure. Dans Santa Barbara. Une musique épique, une carte et un trésor. Tous les ingrédients étaient là pour jouer avec le concept, mais à aucun moment, cela ne décolle.

On commence par Shawn, Gus et Henry au commissariat, dans la salle d’interrogatoire. C’est donc à coups de flashbacks que l’on va apprendre ce qui est arrivé au trio, comment ils se sont retrouvés dans les ennuis, et surtout à se faire interroger par Lassiter et Juliet. Quelques bonnes répliques, la présence de tous les protagonistes durant l’épisode, et un trésor. C’est sympa, mais cela ne sera jamais plus que cela, n’exploitant pas à fond son idée, ne dépassant jamais les limites.

L’oncle Jack est un personnage à la hauteur de la famille Spencer, révélant ainsi d’où Shawn tient son exubérance et son aisance en toute circonstance. Malheureusement, ni l’un ni l’autre n’aura le grain de folie qui permet alors au tout de partir dans des moments de folies dignes de la série. On sourit, on rigole à l’occasion.

Les points positifs de l’épisode sont l’exploitation des personnages. Gus ne fait pas que de la figuration, sensation que l’on avait dans le précédent épisode, et étant l’une des plus grandes sources d’humour de la série, on apprécie grandement de le voir utilisé, et non juste mis dans le champ de la caméra. La place d’Henry dans l’intrigue est tout à fait justifiée, vu qu’il s’agit d’une affaire de famille et on est quand même heureux d’avoir des interactions entre la police et Shawn et Gus, qui soit crédible et qui occupe plus d’une scène. Cela manque terriblement depuis le début de cette saison.

The Greatest Adventure in the History of Basic Cable a en effet un titre bien trouvé, pour un épisode encore sympathique, mais qui aurait pu être supérieur.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire