There’s something about Mira (2.11)
Shawn découvre que Gus est marié, sa femme voulant le voir pour lui faire signer des papiers. En effet, Mira va de nouveau se marier ! Mais, les choses tournent mal quand le futur mari ne vient pas. Gus et Shawn se retrouvent alors sur l’affaire.

J’aime quand les reprises sont d’aussi bonne qualité. Et quoi de mieux qu’un épisode autour de Gus pour le faire ? Shawn apprend que son ami s’est marié et a quelques difficultés à faire face au fait que tous ses droits en tant que témoin ont disparu. Et on bénéficie alors de flashback pour voir comment Gus a rencontré la fameuse Mira. La coupe de cheveux et le style de fringues années 80 ultra coincé, avec la tête de Dulé Hill, c’est le fou rire assuré.
Gus est complètement obnubilé par Mira, qui lui fait perdre tous ses moyens. Shawn est donc celui qui a les pieds sur terre pour l’occasion. Il mène alors l’enquête, en grande partie tout seul, tandis que son ami est avec Mira. La rencontre avec la mère qui le drague, et le vin qu’il trouve dégoûtant, la dégaine lunette de soleil, avant de passer en pouilleux riche sur le terrain de golf, Shawn ne nous épargne rien, alors que Gus envoie limite balader son ami quand ce dernier essaie de le rappeler à l’ordre. La balance est équilibrée et Shawn Spencer peut se la jouer autant qu’il veut, c’est impeccable. Le voir balancer des théories fumeuses est aussi un des petits plaisirs de la série. De l’idée du futur mari inventé, à la conception de la véritable théorie, on peut voir un vrai schéma se construire, en même temps que Shawn fait des boulettes.
Finalement, tout ce qu’on aime ou presque se trouve dans cet épisode. Tout du moins, pour le duo Shawn/Gus, impeccable. Malheureusement, la petite histoire de fond entre O’Hara et Lassie est complètement futile et pas drôle. La présence du père de Shawn dans l’épisode est anecdotique, et il aurait mieux fallu ne pas le voir. Cela gâche un peu l’épisode, mais de toute façon, on ne se souviendra que de l’histoire avec nos détectives privés.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire