Une jeune femme nommée Allison arrive au commissariat annonçant qu’elle vient de s’échapper de l’emprise de Yin. Bien que personne ne la croie, elle va produire une preuve qui va pousser Shawn et Gus à lui venir en aide.

Pour la troisième saison consécutive, nous avons le droit à un épisode dédié à Yang et Yin, un duo de serial killers qui semble avoir développé un intérêt malsain pour Shawn. Apparemment, l’idée était d’en faire une trilogie, voici donc venu le moment des révélations. Qui est Yin ? Pourquoi choisir Shawn ? Ce qui se cache derrière toute cette histoire et plus, voilà ce qu’on nous délivre ici avec quelques guest star et une nouvelle victime.

Tout débute de manière à attirer l’attention sur la dernière manipulation de Yin, afin de crédibiliser l’entrée et de repousser Yang au cœur de l’affaire. On retrouve, comme pour les précédents épisodes, ce sens du suspens qui, malheureusement, n’atteindra pas le niveau de la première rencontre avec Yin, et de loin. Ici, tout est au sujet des confrontations, les jeux ne vont pas s’éterniser, et ne vont pas vraiment commencer.

Cela va alors assez vite, car on va vers un endroit bien précis et il faut relier les points pour y arriver sans trainer. C’est d’ailleurs l’occasion d’offrir à Madeleine l’opportunité de revenir afin de réunir la famille Spencer une fois de plus. Elle aura son utilité, mais sa présence est un peu accessoire, Henry se montrant par contre bien mieux inséré dans l’intrigue, ce qui le change légèrement de ce que la saison lui a donné jusque-là.

Quoi qu’il en soit, nous allons avoir le droit à un face à face avec Yin, le rôle étant tenu par Peter Weller, ce n’est pas sans intérêt, mais il faut reconnaitre qu’il y a un manque de tension qui vient d’une réalisation un peu trop standard. Il ressort alors clairement que le problème de l’épisode est de ne pas parvenir à renouer avec la force du précédent qui puisait ouvertement chez Alfred Hitchcock son sens du suspens. Ne pas replonger dans le même univers référentiel n’est pas un mal, mais rien n’est offert en compensation.

Yang 3D in 2D n’est pas le meilleur épisode de la trilogie Yin/Yang, et c’est même probablement le plus faible. Cela dit, il faut reconnaitre que cette conclusion réussit à bien tout boucler et donne à Juliet, et accessoirement à Lassiter, du bon matériel. Une fois de plus, Gus semble surtout là pour être le sidekick, mais le contexte excuse cela, Shawn étant légitimement le centre d’attention. On termine en tout cas avec un sentiment d’accomplissement, ce qui n’est pas mauvais pour une fin de saison.