Que vaut Outsiders, la série qui oppose la liberté au capitalisme ?

29 Fév 2016 à 16:02

Outsiders - Saison 1

Depuis qu’elle s’est mise à produire des séries originales, WGN America ne s’est pas imposée dans un genre particulier. Au contraire, la chaine touche à tout, mais ses shows ont néanmoins en commun le fait qu’ils s’intéressent à des communautés obligées de cohabiter.

Salem posait ses sorcières face aux colons chrétiens ; Manhattan voyait ses scientifiques forcés de travailler pour les militaires ; et maintenant Outsiders se propose de nous parler des membres du clan Farrell qui vivent en haut de sa montagne et des habitants de la petite ville au pied de cette dernière qui veulent les en faire descendre.

Cette série de Peter Mattei est d’ailleurs totalement dédiée à ce clash culturel, s’en servant de catalyseur pour un conflit qui va plus loin que les intérêts d’un groupe évoluant en dehors du système. Outsiders prend son temps pour poser ses bases. On peut même dire qu’il est quelque peu frustrant durant ces premiers épisodes de voir certaines pistes qui paraissent abandonnées juste après avoir été lancées. Cela dit, il est clair que Mattei a des choses à dire et, malgré les apparences, il est peut-être un peu trop pressé de faire son point.

Les Farrell, une famille formidable

Au cœur d’Outsiders, nous avons donc le clan Farrell. Celui-ci est vaste et suit des règles qui se transmettent d’une génération à une autre. Comme toutes les familles, elle a ses rapports de forces, ses préférés et ses indésirables. Plus les épisodes passent et plus il devient difficile de déterminer réellement qui entre dans quelle case. Une chose est certaine, ils sont tous motivés à stopper l’envahisseur qui veut les expulser pour faire exploser leur montagne.

Avoir un ennemi commun n’unit pas complètement les Farrell, mais cela met en perspective leur esprit de communauté. Celui-ci est en quelque sorte le cœur de la série, ce qui la rend originale. L’idée de prendre un groupe de personnes vivant au cœur de l’Amérique, mais qui rejette ses fondements économiques est indiscutablement une approche qui a du potentiel.

Malgré tout, et à bien des égards, Outsiders se pose principalement comme étant au sujet d’une famille dysfonctionnelle. Elle n’est certes pas traditionnelle, mais elle ressemble finalement à beaucoup d’autres.

Le prix de la vie

En dépit de cela, il n’est pas seulement question des occupants de la montagne. L’action d’Outsiders se place à Blackburg dans le Kentucky. C’est une petite ville touchée par le chômage et dont les habitants ne sont pas foncièrement mauvais. Ils ont cependant souffert et voient l’arrivée de la société d’exploitation minière voulant faire exploser la montagne pour en retirer ses richesses comme étant bénéfique. Dans ce climat, les Farrell s’imposent comme étant un obstacle. Ils vivaient peut-être en dehors de la société, mais celle-ci les rattrape et le bien du groupe prévaut alors sur le leur.

La conjoncture est familière, mais elle se complexifie quand on prend en compte le rapport des Farrell avec l’argent. Ils n’en veulent et n’en ont pas. Là où les habitants de Blackburg en ont besoin pour vivre, eux rejettent le concept et transforme ce conflit en une opposition autant culturelle qu’économique.

De ce fait, une critique du capitalisme américain prend naturellement forme, mais elle ne se veut pas simple. Peter Mattei est visiblement décidé à exploiter son contexte socio-économique particulier pour montrer les imperfections du système et de celui qui lui est opposé.

Outsiders-Saison-1

Là-haut sur la montagne

Au-delà de la piste économique qui est clairement posée avec la représentante de la grande compagnie voulant exploiter la montagne, Outsiders ouvre aussi une voie pour explorer l’impact écologique.

À l’heure actuelle aux États-Unis, plus d’une région est touchée par l’exploitation industrielle de ressources naturelles. Le constat écologique est tout bonnement tragique. La nature est la première victime et, sur le long temps, les habitants en paient également le prix. C’est un mal réel qui est rarement exposé dans les séries et il est évident que Peter Mattei cherche à rectifier cela avec son show.

Encore une fois, il n’aborde pas de front le problème, mais celui-ci est évoqué et intègre le débat autour de la montagne.

Entre deux mondes

Dans ce sens, Outsiders affirme rapidement la pertinence de son propos qui injecte une dose de réalité socio-économique et donc écologique qui permet d’éviter au show de n’être qu’à propos de ses conflits familiaux. Ceux-ci dominent néanmoins et peinent quelque peu à captiver véritablement, principalement parce qu’ils sont posés dans une communauté aux règles légèrement obscures pour le moment.

Malgré tout, il y a de quoi être intrigué par les histoires que la série développe. Certains de ses personnages apportent une sensibilité intéressante et Joe Anderson – dans le rôle d’Asa Farrell – s’impose réellement dans son rôle complexe qui incarne assez bien les oppositions au centre de la série.

Asa est un outsider pas comme les autres, car il a véritablement vécu au cœur de la société. Son retour dans la montagne laisse supposer qu’il a traversé quelque chose qu’il préfèrerait oublier. Cette touche de mystère appuyée par le fait qu’Asa est l’unique membre du clan à pouvoir réellement servir de lien avec le monde extérieur est une bonne accroche.

Elle n’est définitivement pas la seule. Une autre est clairement le fait que Outsiders nous montre une Amérique peu représentée à la télévision de façon générale.

Un problème d’Outsiders

Après une demi-saison, le plus gros problème avec Outsiders n’est donc pas qu’elle n’a rien à raconter ou qu’elle n’offre pas différents points d’accroche pour nous immerger dans son histoire. Au contraire, mais tout cela ne pourra réellement être payant qu’à partir du moment où la série délivrera une réelle tension dramatique.

Cela lui fait défaut pour le moment, en dépit de tentatives assez explicites pour rectifier le tir. Le souci est que la série n’est pas assez sombre pour que cela fonctionne. Peter Mattei a des idées, mais ne les développe pas pleinement, préférant tout garder sous contrôle au lieu de se laisser porter par son récit.

Le potentiel est bien là et ne demande qu’à être exploité. En attendant, Outsiders se suit sans difficulté et montre qu’elle a en elle de quoi devenir une incontournable, même si elle n’a donc pas encore atteint ce point pour le moment.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link