Lors des élections présidentielles américaines de 2000, le compte des votes pour l’état de Floride s’avéra suspicieux. Une bataille juridique et législative se lança alors entre les défenseurs d’Al Gore et ceux de George W. Bush. Le but des uns : faire recompter les votes. Les autres veulent les en empêcher.

Difficile d’oublier ce couac électoral qui mit G. W. Bush à la tête des États-Unis. Certes, mais que s’est-il passé réellement en Floride à ce moment-là ? Recount nous le raconte.

La première chose marquante de ce téléfilm HBO, c’est son impressionnant casting : Kevin Spacey, Bob Balaban, Ed Begley, Jr., Laura Dern, John Hurt, Denis Leary, Bruce McGill, et Tom Wilkinson. Des noms prestigieux qui ne vont pas pour autant se faire de l’ombre, chacun jouant sa partie comme il se doit, car ici, pas de héros, même si les démocrates sont présentés d’une manière un peu plus complaisante. L’avantage donc, du casting, et que, même du côté des républicains, on tient la mesure, en particulier Tom Wilkinson.

Mais ne perdons pas de temps à faire l’éloge des interprétations, parlons scénario. Le scénariste, Danny Strong, est plus connu pour ses seconds rôles dans Gilmore Girls ou Buffy, The Vampire Slayer, que pour son travail d’écriture, car Recount est son premier scénario à être porté à l’écran. L’histoire va se dérouler sur deux heures, et vu le sujet, c’est à la fois trop long, et trop court.

Trop long, car la seconde moitié devient vraiment trop redondante : on compte, on arrête, on proteste, on dépose une plainte et on recommence, et encore, et encore. Certes, c’est la vérité, mais y avait-il vraiment besoin de faire durer cela si longtemps à l’écran. Le visionnage finit donc par devenir fatigant, même si quelques discours, comme celui devant la cour suprême, réussissent à recentrer l’attention sur le débat.

Trop court, car on sent bien que beaucoup de choses sont laissées de côté. Il aurait surement été bénéfique de montrer des points de vues plus éloignés. On reste au cœur de l’affaire, géographiquement parlant.

Au final, Recount est instructif. On y apprend beaucoup de choses, surtout à quel point le système de vote des États-Unis est faillible. On découvre aussi des faits plus affligeants encore, comme le nombre incroyable de gens interdits de vote à cause d’un programme informatique. Sortie de ce côté éducatif, la distraction n’est pas mauvaise, mais c’est surtout, comme on pouvait s’en douter, pour le casting qu’il faut le regarder.