Rescue Me : Commitment
Alors là, je reste perplexe. Un évènement majeur se produit dans cet épisode, et malgré cela, rien. En gros, la dernière image, ou plutôt le dernier son qui précède le générique marque, cela va de soit, mais le reste de l’épisode était creux.

Pour résumé, on suit Tommy à qui il n’arrive plus vraiment grand-chose d’intéressant, il faut l’avouer. On n’a pas le droit à une scène d’incendie. L’histoire avec Colleen pourrait donner quelque chose de bien, mais on frôle la caricature. Seule l’utilisation de la maladie de la mère à Mike pour essayé de se débarrasser de son rencart avec Nona, nous rappelle le bon vieux Tommy, égoïste narcissique, le bon vieux connard qui n’en a pas grand-chose à faire des autres. Donc on le suit, et pour faire des transitions, il y a des scénettes avec d’autres personnages. Ainsi, Sheila a le droit à quelques minutes à l’écran avec son nouveau boy. Franco a une scène pas très cohérente où il snobe presque Natalie, mais on ne sait pas trop pourquoi il se comporte comme ça. Sean et Lou ont quelques bons échanges verbaux, mais rien d’anecdotique. L’oncle Teddy se cache chez Lenny, son ancien garde de prison.

Les autres histoires développées sont celles de Mike et du Chief. Mike, pour commencer, va demander à Tommy des conseils. Au final, Tommy lui dit qu’il doit répondre à la demande de sa mère, et donc de la tuer, il lui conseille la morphine, rapide et sans douleur. Mais voilà, Mike se décide à passer à l’action, il récupère de la morphine. A son réveil, sa mère est déjà morte. Alors comment va-t-il réagir ? Sur le coup, il semble désolé de ne pas avoir pu la tuer lui-même, car elle lui avait demandé. Les autres conséquences, s’il y en a, ce sera la semaine prochaine.

Pour le Chief, c’est autre chose, et ceux qui n’ont pas vu l’épisode devraient s’abstenir de lire. Ses tests sont de retour, mauvaise nouvelle, il ne pourra pas reprendre son job. Je ne dis pas que cela était prévisible, mais ce n’est pas très surprenant. La suite l’est plus. Après avoir accepté ses nouvelles fonctions derrière un bureau, fait ses adieux à sa caserne, et participé à la cérémonie d’engagement de son fils, il va mettre fin à ses jours. Un pistolet, une balle, écran noir, bam, générique. Sur le coup, cela fait un choc. Jerry est là depuis le début, on débute la saison et il meurt. C’est assez compréhensible d’un côté, vu le personnage, mais ce qui l’est moins c’est que durant toute cette fin d’épisode, il se prépare, et cela s’alterne avec l’histoire sans intérêt de Tommy avec le copain de Colleen.

J’espère qu’il n’est pas mort pour rien et que cela va avoir des conséquences sur le reste de l’équipe, tout comme la mort de la mère de Mike devrait en avoir sur lui. Ce qui me déçoit le plus c’est que l’on ne retrouve pas l’intensité et l’humour de la série. Alors peut-être que j’en attends trop, mais j’espère que ce n’est pas un signe, que Peter Tolan et Dennis Leary en ont encore à raconter. Ce n’est que le troisième épisode de la saison, il n’est pas très difficile de faire oublier tout ça rapidement, ou il faut que j’apprenne à être moins exigent. Sinon, pour rappel, Dans les bonus DVD de la saison 3, Peter Tolan a dit qu’il y aurait moins de mort dans la saison 4…