Rescue Me – Jimmy (5.04)

Tommy s’installe chez Lou. Il va regarder des images de 9/11 que Geneviève lui a laissé et y découvrira Jimmy à un endroit où il n’était pas censé être. Le bar est sur le point d’ouvrir. Sheila prend un conseil pertinent chez son psycho-dramaturge.

Il est étrange que Tommy génère une passion quasi immédiate pour sa personne. Cette fois, il semble que ce soit « Kurt » le fameux psycho-dramaturge qui soit tombé sous le charme. Bizarre. En tout cas, il va offrir à Sheila une porte de sortie : elle doit se purger de Tommy, car elle n’a fait que transférer Jimmy en lui. C’est assez intelligent et si cela pouvait redonner de l’intérêt au personnage en arrêtant de la faire passer pour une folle, ce serait un gain notable.

Mais ceci reste secondaire. En fait, comme précédemment, l’épisode va pas mal s’éparpiller autour de Tommy. Lui, par contre, il se concentre sur un extrait vidéo qui lui a montré Jimmy à un endroit où il n’était pas censé être, car il devait déjà être mort à ce moment. Bien entendu, vu le passif du pompier, il y a un gros doute que tout ceci soit réel. Cela mènera donc à deux choses. La première, Mick se met à croire qu’il a bu. La seconde, Tommy va consulter une médium – interprétée par Stephanie March – un peu particulière.

Au premier abord, on nous joue le coup de l’arnaque. D’ailleurs, connaissant Tommy, il est étonnant qu’il ait réussit à s’asseoir avant de commencer à déblatérer sur l’inutilité que tout ceci a. Le fait est que cette « doctoresse », en plus de conseiller Mike, va offrir une zone de doute qui pourrait bien lancer Tommy sur une intrigue intéressante. À savoir, une enquête sur ce qui est arrivé à Jimmy. Un bon moyen d’offrir un angle original à sa vision de 9/11. D’ailleurs, le sujet qui revient – grâce à Geneviève – donnera à Lou une très bonne scène où il remet Tommy à sa place. Le genre de chose que l’on peut s’étonner de ne pas voir plus souvent et qui renforce étrangement l’amitié entre les deux hommes.

Pour finir, le bar ouvre enfin. La déco est un désastre, mais une proposition saugrenue va venir transformer le lieu en quelque chose de réussi. En gros, laisser le bouche à oreille faire le travail en créant une atmosphère underground. Surprise, ça fonctionne.

Cet épisode se révèle plus dense qu’il ne pouvait y paraitre. On y trouve de bonnes idées qui pourraient faire avancer les personnages de manière inédite, tout en continuant à jouer sur les éléments forts de ce début de saison, comme le bar qui donne toujours d’excellents moments, Derek, mais aussi des scènes d’interventions anodines, mais efficaces. Le tout suffisamment bien rythmé pour que l’on ne s’attarde pas trop sur les détails les plus faibles.