Rescue Me – Sheila (5.05)

Après un rêve apocalyptique, Tommy est de plus en plus concerné par le fait que Janet évite de lui répondre alors qu’il cherche à savoir ce que fait Katie. Sheila annonce à Damien qu’elle le soutient désormais dans son projet de devenir pompier.

Tommy : Are you on drugs ?
Sheila : Shitloads !

Je l’ai dit plusieurs fois depuis la reprise de la saison, et ce n’était pas mieux durant la précédente : Sheila n’a plus rien d’intéressant à dire. Honte à moi, j’ai même pensé à un moment qu’il aurait fallu se débarrasser d’elle, même si j’adore Callie Thorne, la voir tourner en rond dans des intrigues absurdes devenait pénible, autant que cela enlevait toute sa substance au personnage.

Bref, avec un épisode qui porte son nom, on pouvait attendre que Sheila obtienne du matériau solide, et c’est le cas. En fait, cela m’a rappelé à quel point je pouvais l’aimer. Sa légère folie retrouve ici la partie émotionnelle qui arrivait si bien à la contrebalancer durant les premières saisons. La scène où elle dit à Damien qu’elle le soutient est vraiment excellente, surtout quand elle s’emporte. On la redécouvre à la fois concernée, honnête et pourtant légèrement excessive. De même, sa confrontation avec Tommy au sujet de la vidéo est solide et confortée par toute leur histoire commune qui sert ici à appuyer un argumentaire étonnamment sensé. On finit par le monologue devant la caméra qui est très chargé émotionnellement et qui aurait pu se révéler réellement poussif sans le talent de l’actrice. Un moment très fort, notamment quand elle avoue qu’elle aurait aimé que ce soit Tommy qui meurt et non Jimmy.

À côté, nous avons vite fait Black Shawn et Colleen qui passent à la vitesse supérieure. C’est anecdotique, mais cela aura certainement un impact dans la suite.

Plus concret, c’est Sean qui découvre la vérité sur son mal de dos. Là aussi nous avons le droit à des scènes bien écrite et mesurée qui montrent un parfait dosage entre drame et comédie. Depuis Maggie, Sean n’avait pas réellement eu de storyline intéressante, celle-là s’annonce difficile et ambitieuse.

On finit par Tommy. En fait, quand j’ai vu Katie à la fin du rêve je me suis dit que je ne me souvenais plus à quoi elle ressemblait, et aussi qu’elle avait grandi. Logique. Tommy a beau aimer ses enfants, ils n’ont pas pour autant le droit d’être inclus dans les intrigues. Maintenant que Katie arrive à un âge difficile, il n’est pas surprenant qu’elle revienne sur le devant, pouvoir servir à envenimer la relation entre ses parents. Cependant, avant d’aborder cela, Tommy va apprendre à mieux connaitre Dwight. Dans la pure tradition de la série, il se montre être légèrement over the top, mais possède également un grand potentiel qui, comme on s’en doute, ne sera pas pleinement exploité, Michael J. Fox n’étant pas censé resté encore longtemps.

Bref, cet épisode nous offre une parfaite maitrise de l’écriture pour des personnages qui n’ont pas souvent été gâtés dernièrement. Le démarrage de la saison se fait doucement, mais on sent qu’ici se sont lancé des storylines conséquentes. Il y a donc du concret qui arrive au bon moment.