Rescue Me – Wine (5.03)

Tommy découvre les intentions de Shawn avec sa fille et veut intervenir. Geneviève continue à tenter d’obtenir les témoignages des pompiers et les paroles de Franco vont pousser Mike à réagir. Ce dernier cherche  toujours une thématique pour le bar et décide de le peindre en noir.

La saison commence mollement, ou, disons plutôt, sans se lancer sur de grandes histoires ou aborder des thèmes particuliers. D’ailleurs, ce dernier épisode est totalement orienté comédie. On a donc une suite de situations plutôt légères, mais dont le potentiel comique est amplifié par le talent des pompiers du 62 Truck pour ce genre de chose. Comprendre : nonsens, ridicule et stupidité.

Le moment le plus marquant restera certainement Tommy qui tente de dire à Colleen qu’elle doit coucher avec Black Shawn. Non seulement, le connaissant, c’est plutôt surréaliste, mais sa façon de le formuler, cherchant une métaphore, pousse l’absurdité à son paroxysme… et ça fonctionne.

À côté de ça, le coup du bar tout en noir est plutôt pas mal trouvé et l’humour du moment est assez efficace. Par contre, Sean et le massage, ça ne prend pas aussi bien, tout comme l’aventure avec Geneviève qui est ridicule de par son contexte et son propos. Tommy le tombeur va d’ailleurs payer d’attirer toutes les excentriques qui trainent dans le coin. Un bon moyen pour mettre un terme à sa relation anecdotique avec Valerie.

Si l’épisode mise sur le côté comédie de la série, nous avons le droit à des moments plus sérieux, notamment avec Chief Feinberg qui donne un témoignage à la journaliste. Pour la première fois, il se découvre, sortant de son rôle d’antagoniste de Tommy. De même, grosse surprise, Mike va hériter d’un dialogue réfléchi, constructif et authentique avec Franco. Le genre de choses qui ne lui siée pas si mal que ça et qui le sort de son carcan fait de stupidités.

Après trois épisodes, et même si le démarrage s’est fait sur les chapeaux de roue, cette cinquième saison commence à montrer quelques faiblesses. Il y aurait bien besoin de fournir aux personnages des story-arcs concrètes qui permettraient d’épaissir le propos. On reste sur du ponctuel, une scène par-ci, par-là, qui se révèle plus intense et plus réfléchie, mais dans l’ensemble, il manque des enjeux dramatiques pour fixer une direction.