gilmore-girls-rory-et-lor.jpg
Bienvenue à Stars Hollow, petite ville chaleureuse où tout le monde se connaît. C’est là que Lorelai Gilmore s’est installé quand elle a quitté le foyer familial à l’âge de 16 ans, après avoir mis au monde sa fille, Rory.Mais quand justement, Rory est accepté à l’école de Chilton, établissement réputé, mais cher, Lorelai doit alors renouer contact avec ses parents pour leur demander de l’argent. Sa mère pose alors les conditions : ils paieront l’école, mais en échange, les deux jeunes femmes doivent venir diner tous les vendredis.

C’est là que commence précisément l’aventure Gilmore Girls, première série familiale à mettre en scène une mère célibataire et sa fille de 16 ans.
Lorelai Gilmore est une femme forte et indépendante, mais qui ne fait pas preuve d’une grande maturité. Elle est comme une meilleure amie, une confidente.
Rory, est quant à elle, une jeune fille sage et responsable, studieuse, le nez dans les bouquins.
Autour des deux héroïnes, des personnages secondaires hauts en couleurs :
Sookie, la meilleure amie de Lorelai, et cuisinière de l’independance Inn, Bread and Breakfast dirigé par Lorelai. Elles veulent d’ailleurs toutes les deux en avoir un à elle, dont Lorelai serait la responsable.
Michel est à l’accueil de l’Inn et sa langue bien pendue, ses réflexions cyniques trouvent toujours du travail aux côtés de Lorelai.
A Stars Hollow, Lorelai va prendre sa dose de café quotidienne chez Luke, dont le propriétaire n’est autre que Luke, un peu grognon, bourru, mais un ami cher pour Lorelai.
Ses voisines Babette et Miss Patty font circuler les potins, Taylor dirige le conseil de la ville, et se retrouve régulièrement en opposition avec Luke. Et Kirk est indescriptible.
Un peu loin, Lane, la meilleure amie de Rory, vit avec ses parents, dont on ne voit jamais le père. Sa mère tient la boutique d’antiquité et est aussi dure en affaires qu’elle l’est avec sa famille. Coréenne et religieuse, pour elle, les hommes sont le mal, et Lane doit être sage. La jeune fille est d’ailleurs passionnée de rock, et cache ses CDs sous son parquet pour que sa mère ne le sache pas.
Un nouvel arrivant dans la ville changera quelque peu la vie de Rory : Dean tombe rapidement amoureux d’elle, et il deviendra rapidement le premier petit ami de Rory.
À ce petit monde s’ajoutent les parents de Lorelai, Richard et Emily, avec qui les rapports sont loin d’être simples, mais aussi les camarades de classe de Rory à Chilton, loin d’être toujours très sympathiques avec elle.

Faire un bond de 7 ans dans le passé vient vous rappeler pourquoi vous aimiez cette série, mais aussi ce qui était clairement mauvais.
Quand vous mettez votre DVD, vous réalisez qu’en 7 ans, la façon de faire une série à changer : plus vraiment de fondu, une B.O. plus présente et pas aux mêmes moments, une réalisation beaucoup moins conventionnelle. À cela se rajoute l’âge des acteurs, et vous passez les cinq premières minutes à vous dire « elle/il a bien vieilli » ou ce genre de réflexions ridicules qui vont avec le fait que vous pointez du doigt toutes les évolutions du décor.
anniversaire-rory.jpg
Gilmore Girls fut l’un des plus grands succès de la WB, que ce soit auprès du public qu’auprès des critiques. C’était la première série familiale à mettre en scène un parent célibataire et son enfant. La marque de fabrique de la série sera basée sur les deux femmes, ayant une relation très proche et balançant des références à tort et à travers. L’humour et la légèreté étaient de mise, mais finalement ce qui a rendu la série si connue fut l’interaction entre ses personnages. Gilmore Girls se voulait réaliste sur le plan émotionnel et ainsi, ne dresse pas un portrait aseptisé d’une famille. Il faudra beaucoup de temps pour que les relations entre Lorelai et ses parents s’améliorent. La saison 1 présente une situation assez bancale où chaque partie à ses griefs et ne s’écoute pas. Lorelai a toujours voulu éloigner sa fille de cet univers, les parents Gilmore évoluant dans le milieu bourgeois de la société. Les amis se disputent, et ne se réconcilient pas par miracle. Il y a des hauts et des bas, et un problème n’est pas résolu toujours résolu à la fin de l’épisode. Comme dans la vie, elles passent à autre chose, ou s’engueulent.
Malheureusement, si la première partie de la saison présente tout le potentiel de la série, j’avais oublié beaucoup de ses faiblesses, non présente dans les meilleurs moments. La saison 1 bénéficie d’un passage à vide, vers les épisodes 10/15 non négligeables. Pour ceux qui n’auraient pas compris avant, on met en avant la relation Lorelai/Luke pour rendre encore plus clair qu’ils s’aiment, mais ne sont pas ensemble. Qu’y a-t-il de plus classique et ennuyeux que des histoires de sous-entendus, de vouloir jouer avec une tension qui joue plus avec les nerfs du spectateur qu’avec son envie de voir les deux protagonistes ensemble ? Alors que le début de la série gérait très bien cette relation, la tournure qu’elle prend en cours de route est assez mauvaise. Les scénaristes ont dû d’ailleurs s’en rendre compte, car le tir est corrigé sur la fin.
La série étant avant tout basée sur les histoires sentimentales de ses héroïnes, un faux pas de ce type fait baisser le niveau. Mais, ce n’est pas pour ça qu’il faut oublier tout le reste !
L’histoire entre Lorelai et Max fut rafraichissante, et le couple Rory/Dean offrait une vision gentillette et simpliste d’une première relation amoureuse.
Les parents à Lorelai ont toujours été un des éléments forts de la série et il faut avouer que plus on les voit, mieux les épisodes sont. Michel aussi, à ses grands débuts, était un élément comique non négligeable, ses répliques grinçantes faisant mouche à chaque fois. Le paysage de Gilmore Girls était attirant et multicolore dû à la multiplicité de ses personnages, des principaux aux secondaires. Lane, Paris, Michel, Sookie… Tous ont eu leur part, leur développement, chacun bénéficiant en prime d’une véritable personnalité.

Le petit univers a beaucoup changé et la saison pose les bases d’une série colorée et sentimentale réussie.
gilmore-girls-famille-gilmo.jpg

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire