Ringer : Bridget et Siobhan sont sur un bateau… (saison 1)

avatarun article de :
publié le :
16 sept 2012 à 11:52
votre opinion :
2 commentaire

ringer saison 1

Bridget Kelly, une stripteaseuse avec un passé de droguée, est sous la protection de l’agent du FBI Victor Machad, après avoir accepté de témoigner contre Bodaway Macawi, le truand local. Dans la peur que Macawi la fasse disparaître, Bridget se réfugie à New York chez sa sœur jumelle Siobhan. Peu de temps après, Siobhan se suicide, en sautant dans l’océan, et Bridget décide de prendre son identité pour échapper à Macawi. Mais, elle va rapidement découvrir que quelqu’un en veut aussi à la vie de Siobhan.

Ringer avait créé le buzz à la rentrée 2011, car la série marquait le retour de Sarah Michelle Gellar (Buffy) sur le petit écran dans pas moins de deux rôles.

publicite

Avec cette série, nous nous retrouvons face à un thriller à tiroirs, qui intègre de nombreux éléments soap. Le résultat est une saison somme toute très inégale. La faute est sûrement à mettre sur le dos d’un découpage en deux parties de la saison. Ainsi, si les treize premiers épisodes sont relativement bien rythmés, la suite souffre de ne pas avoir été aussi bien équilibrée. Nous sommes alors confrontés au syndrome classique de ce type de programmes : la dilution des intrigues pour tenir 22 épisodes.

Si la première partie de saison se concentrait sur l’acclimatation de Bridget dans la peau de Siobhan, et les magouilles de cette dernière en coulisse, la seconde fournée réussit la prouesse de rendre insipide le jeu du chat et de la souris entre les deux sœurs à New York. Les scénaristes qui enchaînaient jadis les révélations sont ensuite avares. La série prend alors la désagréable habitude de nous sortir des twists seulement dans l’optique de nous choquer gratuitement.

L’intérêt va alors décroissant surtout lorsque l’on voit l’importance que prennent certaines intrigues de remplissage, telles Juliet qui revisite Sexcrimes ou l’arnaque Ponzi à Martin/Charles. Pire, cela crée de gros problèmes de continuité lorsque la série retombe enfin sur ses pattes pour la fin de saison. Macawi a-t-il patiemment attendu 7 mois pour rechercher Bridget ? Idem pour Catherine et sa deuxième tentative d’assassinat sur Siobhan…

Seulement, ces révélations trop longues à venir se répercutent également sur les protagonistes et leur comportement, souvent absurde, pour ne pas dire stupide. Bridget, Henry et Andrew sont ainsi à placer parmi les personnages les plus idiots de cette saison 2011/2012, toutes séries confondues. L’agent Machado lui arrive en tête du classement des agents du FBI les plus incompétents de l’histoire, ne pigeant à aucun moment que les deux sœurs aient pu être interverties. Heureusement, et malgré un matériel pas toujours folichon, le casting reste solide dans l’ensemble, Sarah Michelle Gellar en tête.

On peut aussi noter que Ringer n’est pas nécessairement dénuée d’humour. Il est par contre sûr qu’un second degré plus prononcé aurait été amplement bénéfique à la série, qui n’a tout simplement pas les moyens de se prendre au sérieux.

Vous l’aurez compris, Ringer a eu les yeux plus gros que le ventre et cela lui a porté préjudice. Néanmoins, on ne peut pas dire que cette saison 1 n’est pas plaisante à regarder, elle est même un bon divertissement, pour peu que l’on ne cherche pas trop à expliquer ce qu’il se passe à l’écran. Malgré un dernier épisode qui donne envie de voir la suite, Ringer n’a pas obtenu de saison 2, mais au moins la plupart des intrigues ont été bouclées.

Ce bilan a été publié une première fois en mai 2012. Ringer est diffusée sur Teva à partir de ce dimanche 16 septembre.

Aller plus loin …

Lire la critique du pilote de Ringer.
Lire Ringer, l’histoire d’une rédemption (retour sur les 6 premiers épisodes).

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
96 queries. 0,811 seconds.