River : Une enquête dans la tête d’un flic abandonné

River (BBC)

Les anglais ne sont pas en manque de flics. Ceux de la BBC sont en général plus sombres que ceux d’ITV et il semble qu’Abi Morgan (The Hour) n’avait pas l’intention de rectifier cela quand elle a imaginé River.

La scène d’ouverture aurait pu être trompeuse cependant, puisque nous suivons DI John River (Stellan Skarsgård) et sa partenaire Jackie « Stevie » Stevenson (Nicola Walker) en voiture sur fond d’Abba. Rapidement, l’ambiance change. River a repéré un suspect et il poursuivra celui-ci jusqu’à sa mort accidentelle. C’est là que l’on découvre que la victime pourrait être le tueur de Stevie et que River parle aux morts.

Attention, River n’est pas une série fantastique. C’est un drame policier dont le personnage principal a des problèmes psychologiques. Il s’entretient avec ce qu’il appelle des manifestations. Il sait que ses personnes ne sont pas vivantes, mais elles sont toujours à ses côtés et se montrent par moment réellement distrayantes. Avant, Stevie était là pour aider John à garder le contrôle, mais il est en roue libre depuis qu’elle l’a abandonnée.

Du moins, c’est comme ça que River le vit au plus profond de lui-même. Nous le suivons alors qu’il traque celui qui a tué sa partenaire, mais ce que River nous propose surtout c’est l’exploration de la psyché de ce flic à part. En six épisodes, nous l’accompagnons tandis qu’il lutte contre ces voix qui le déchirent en même temps qu’il cherche à trouver une nouvelle personne en qui il pourrait avoir de nouveau confiance. Le problème est qu’il ne fait justement confiance à personne et la perte de Stevie a laissé un trou béant dans son existence à cause de cela.

Abi Morgan s’égare alors quelque peu en voulant occasionnellement rendre sa série plus procédurière qu’elle n’a réellement besoin de l’être et elle en fait parfois un peu trop pour alimenter en contrepartie l’instabilité de River. Néanmoins, Stellan Skarsgård prend tout ce qu’on lui donne et élève le niveau global du matériel avec une aisance déconcertante. C’est d’autant plus vrai quand, dans la seconde moitié de la saison, ce sont les relations que John a réussi à tisser qui le plongent dans la plus grande des confusions.

Il est toujours question de confiance et d’abandon avec lui. Les deux sont intrinsèquement liés au mal qui le ronge et, plus on découvre de vérités sur Stevie et la passé de River, plus on réalise que cela va plus loin que ça. Tout l’ADN de la série a été composé avec ces deux thèmes qui ajoutent une dimension intéressante à l’intrigue, en particulier quand cela ne concerne finalement pas John River.

River n’est ainsi définitivement pas une show policier traditionnel. La façon dont ses personnages évoluent. La manière avec laquelle la principale investigation a été conçue. L’exploration des origines de ce flic pas comme les autres. Tout est pensé comme un drame humain qui a été remanié pour coller aux standards d’une basique histoire de flics anglais trop sombre pour son propre bien-être.

Le souci est que les poncifs du genre viennent par moment attaquer le reste et les plus beaux dialogues apparaissent alors ne pas toujours être à leur place. Comme sa figure centrale, River est partagée entre ses réflexions intérieures les plus fortes et ce monde extérieur qui lui demande d’occuper une place qui n’est pas nécessairement celle qui lui convient.

Le résultat final est dès lors une série policière à part qui se revendique comme telle et qui brille quand elle arrive à réellement être différente. River se révèle donc intéressante et suffisamment atypique pour s’affirmer à l’écart des autres, mais elle est également irrégulière à cause de limites qui auraient pu ne pas être imposées de la sorte.


Déjà publié en décembre 2015, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion du début de la diffusion de River sur Arte ce jeudi 1er février à partir de 20h55.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link