Royal Pains – Crazy Love (1.07)

Jill reçoit la visite de Katie, sa meilleure amie qui est de passage pour travailler sur un projet de Boris. Divya est perturbé par une patiente excentrique alors qu’elle reçoit la visite de son fiancé.

Après deux histoires qui jouaient avec le même type de formule – avec succès -, la série revient sur une voie plus standard, ou plutôt, dans le contexte classique de sa formule. Avec un plus quand même, car au lieu de focaliser 80% de l’épisode sur le patient de la semaine, il n’y aura que 50%. Ainsi, on peut développer la continuité de la série, ainsi que les personnages et leur background.

De ce côté-là, c’est Jill et Divya qui vont être servies. La première reçoit la visite de sa meilleure amie et, force d’insinuations, son passé relationnel fait surface, révélant un schéma répétitif qui pourrait signifier que sa relation avec Hank soit vouée à l’échec. Le couple étant rapidement devenu partie intégrante de la série, il s’agit avant tout de jouer sur les doutes de ce début afin, par la suite, de tout faire flancher ou de tout renforcer, selon les désirs du showrunner. La seconde option étant la plus probable.

Pour Divya, c’est la venue de Raj, son fiancé qui va être source de souci. On a récemment appris son engagement et il n’est pas étonnant de suivre toute l’histoire d’un peu plus prêt. Le tout prenant place en plein milieu de l’affaire médicale de la semaine qui met en scène Roselyn Sanchez de le rôle de la malade. Cette dernière est excentrique à souhait et nous joue la femme éperdument amoureuse de son mari. Le couple latino nous servant une version fougueuse de leur amour façon cliché latino. Ensemble, ils passeront la crise, et Divya se questionnera sur la relation avec Raj qui est en totale opposition avec celle de ses patients – le contact physique étant à peine envisagé.

On termine par Boris. Présenté comme un homme mystérieux, il va entretenir sa réputation, apportant de la continuité à l’affaire du requin. Hank finira par y voir un peu plus clair, mais trop tard. Boris est parti. Pour combien de temps ? Indéfiniment, apparemment, ce qui parait peu probable, mais on ne sait jamais.

Quoi qu’il en soit, cet épisode réussit à jongler assez bien entre toutes ses histoires, laissant même une légère part à Evan qui pourtant trouvait difficilement sa place dans le tableau. Il est bienvenu que Divya obtienne l’attention qu’elle mérite, mais sa vie sentimentale n’était pas nécessairement le terrain le plus intéressant pour son développement. Pour ce qui est du couple Jill/Hank, la tournure prise ici reste assez floue, juste de quoi taquiner un peu les shippers.

Pour finir, on nous évoque Labor Day, la date limite. Après cela, l’été est terminé et tout le monde repart. Serait-ce une indication sur ce qui pourrait se passer pour Hank, un retour à la ville pour l’hiver, ou restera-t-il ? La fin de la saison nous le dira. Forcément.