Royal Pains – If I Were a Sick Man (1.06)

Mrs Newberg appelle Hank quand sa gouvernante tombe malade, puis l’invite à la Bark Mitzvah de son chien. Là, plusieurs personnes tombent malades et la fête se voit alors mise en quarantaine.

Le petit univers d’Hank se rappelle à nous avec les retours de Mrs. Newberg et de Tucker. Une bonne chose qui crédibilise les situations presque impossibles dans lesquelles notre concierge doctor ne cesse de s’enfonce.

Mais commençons par l’introduction de l’épisode. Hank et Jill ont enfin poussé leur relation à l’étape suivante, dirais-je. Vu les standards de la télévision américaine, ils n’ont quand même pas trop trainé. Sur un network, il aurait fallu attendre au minimum la saison 4. Mais passons, car le couple s’officialise et donc, il nous faut y ajouter une petite dose de doute qui viendra s’ajouter aux problèmes médicaux que rencontrera Hank durant l’épisode.

De ce côté-là, comme la semaine dernière, on nous crée une situation de huis clos qui va bien et qui, là encore, fonctionne à merveille. La série est donc définitivement sur la bonne voie, ayant trouvé un rythme qui s’allie assez bien avec tous les personnages et leurs histoires individuelles.

Si Hank et Jill sont partagés entre problèmes médicaux et façon d’appréhender leur relation, Evan, lui, s’insinue dans la vie des gens qui l’entourent, à commencer par Divya. Cette dernière révèle un tout petit peu plus de ses problèmes familiaux et on découvre même qu’elle doit se marier. Il serait donc temps qu’un épisode lui soit consacré.

Il y a aussi Tucker qui doit faire face à ses doutes au sujet de sa petite-amie. Les conseils d’Evan seront alors source de conflit et de résolution. Comme quoi.

Donc, Royal Pains nous offre une fois de plus un épisode divertissant qui sait utiliser ses qualités et jongler habilement avec ses défauts et les clichés qu’elle tente plus ou moins de détourner (avec moyennement de succès). L’ensemble se révèle assez divertissant et confirme que la série peut remplir ses promesses de ce côté.