Royal Pains – No Man is an Island (1.06)

Hank et Evan acceptent d’accompagner une famille fortunée sur une ile privée de technologie. Sur place, les choses ne vont pas tourner comme prévu.

Hank est un homme demandé, comme on le sait désormais, mais une nouvelle offre arrive par Jill, vu qu’une place se libère à l’hôpital. Voilà le genre de twist dont la conclusion est écrite à l’avance, mais qui doit servir à autre chose qu’à nous faire croire que la série va se réorienter. En fait, c’est juste là pour qu’Hank puisse dire : non, mon boulot actuel, je l’aime bien finalement. Et c’est donc ce qu’il fera, mais pas avant d’avoir vécu un petit week-end mouvementé sur une île, coupé du reste de la civilisation.

Lui et Evan se joignent à une famille dont la mère est enceinte, décidée à accoucher prochainement. Une suite d’évènements mineurs conduira le gardien de l’île à un accident dont les complications rythmeront l’épisode.

L’idée est assez bonne, en particulier pour Evan qui va profiter de l’occasion pour évoquer un peu le passé avec son frère et pour partager son expérience avec un enfant un peu perdu, comme lui l’était. La partie médicale tient elle aussi la route et, de manière surprenante, tout le monde trouve sa place sans forcer. C’est surement le fait que pour une fois, nous n’avons pas affaire à une famille riche et terriblement arrogante, qui donne à l’ensemble un peu de fraicheur et nous montre qu’il n’y a pas besoin de sortir de la clientèle habituelle, comme la dernière fois, pour réussir à avoir des situations qui sortent de l’ordinaire.

Pour finir, nous avons la relation entre Jill et Hank qui semblent toujours entre deux eaux. Ils débutent comme s’ils étaient un couple pour après nous insinuer la possibilité que ceci ne soit pas encore décidé. Pourquoi tourner autour du pot, alors que la solution est évidente ?

Bref, un épisode assez agréable à suivre, bien construit et qui donne à tout le monde un bon rôle à jouer. Plus équilibré et consistant que certains des épisodes précédents. À croire que les scénaristes commencent à bien maitriser leur sujet.