C’est le premier jour en tant que supérieur de ses anciens partenaires de travail pour Will. Alors qu’il lutte pour imposer un semblant d’autorité, il continue à creuser autour de la mort de David. Katherine Rhumor soupçonne que son mari Tom menait une double vie.

They hide in plain sight.

Rubicon se présente comme une série qui va se construire doucement, ce qui n’est en rien un aspect négatif, mais il faut bien admettre que cela risque d’en démotiver plus d’un. Le premier épisode avait clairement défini la série de façon plus claire que je ne pouvais l’imaginer. The First Day Of School n’est juste que sa continuité logique. Une histoire qui se bâtit avec un rythme lent, mais vraiment prenant.

Le défaut majeur de cette construction est clairement la place des personnages secondaires dans l’histoire. Will Travers est notre point d’ancrage et, en cela, ses réflexions et sa psychologie paraissent compréhensibles. Il n’est pas difficile de s’accrocher à lui, car malgré sa nature calme et silencieuse, Will fait preuve, de façon subtile, de pas mal d’émotions. Cela ne l’empêchera pas de finir par s’énerver, expression de sa frustration et de l’acceptation totale de son nouveau poste obtenu après la mort de David.

Nous sommes qui plus est dans la même barque que lui, le voyant fouiner pour en découvrir plus sur la mort de David. Ses pistes sont nos pistes. Nous n’avons quasiment que lui pour comprendre ce qui se passe.

Dans cette lignée, l’épisode offre une place à Katherine Rhumor (Miranda Richardson), dont le mari s’est suicidé au début du premier épisode. Nous savons que sa mort est liée à la conspiration, mais nous n’en sommes pas là. Il n’y a pas encore de raison valable d’en être là. Katherine a des soupçons, d’abord d’une maîtresse, puis elle semble commencer à percevoir autre chose. L’important ici, c’est que Katherine s’impose à nous, comme Will le fait.

Si Will découvrait une conspiration dans le premier épisode, celle-ci va nous être confirmée dans cet épisode ; surtout, sa nouvelle position bouscule les pions, donnant une valeur différente à chacun. Travers est maintenant le supérieur de son équipe, et il est évident que chaque membre – Miles, Grant et Tanya – va prendre une place au sein de l’histoire. Comme un certain nombre d’éléments de l’intrigue, les détails sont là, s’appuyant clairement sur la pression professionnelle, mais la direction est floue.

L’épisode permet par contre de bien mieux cerner la position de Ed Bancroft (Roger Robinson) – ancien ami de David -, qui se cache derrière le code des mots croisés, et qui risque de pouvoir occasionnellement pousser Will dans les bonnes (ou mauvaises) directions. De la même manière, le rôle de Maggie (Jessica Collins) devient plus clair et lui offre d’ailleurs une place de choix dans les évènements qui se déroulent en nous révélant déjà qu’elle informe Kale Ingram (Arliss Howard).

Dans tout cela, la conspiration s’affirme, ne nous exposant pas forcément de façon plus visible les protagonistes de cette dernière, mais explicitant complètement qu’elle a un pied dans le lieu de travail de Will, lui-même surveillé, mais par qui et pourquoi ?