Samantha Who ? – Pilot (1.01)
Sam se réveille à l’hôpital après huit jours passés dans le coma. Malheureusement, elle n’a pas un souvenir de son passé, et doit recommencer sa vie. Elle découvre alors qu’elle n’était pas une personne très honnête et sympathique : en définitive, elle avait tout d’une garce ! La nouvelle Sam tente alors de concilier celle qu’elle a été et celle qu’elle voudrait être, mais le juste milieu n’est jamais simple à trouver…

Sam, c’est Christina Applegate, et elle est l’héroïne d’une sitcom qui a déjà changé 3 fois de nom, c’est dur. Sortie de ce petit détail, Samantha Who ? (Titre définitif), c’est une « single-camera comedy », comme My Name Is Earl, en gros, pas comme Friends (oui, j’explique bien).

Le pilote va donc nous introduire à Sam, et vu l’ingéniosité du concept, et bien, elle découvre en même temps que nous. Et ça marche. On va de surprise en surprise, le pilote est assez rythmé et pour égayer le tout, on connaît déjà toutes les têtes du casting, ça aide à vite situer tout le monde.

Les personnages sont, au premier abord, assez caricaturaux, mais vu que c’est le premier épisode, je ne vais pas m’arrêter là-dessus. Le concept de base se présente assez bien donc, mais est clairement limité. À vrai dire, il ne doit plus qu’à redécouvrir son travail. Heureusement, la fin de l’épisode montre clairement que contrairement au pitch, ce ne sera pas l’histoire de quelqu’un qui tente de redécouvrir sa vie, mais de quelqu’un qui tente de se refaire une vie. Il y a donc deux Sam, celle que l’on découvre, et Bad Sam, la pétasse arrogante, infidèle et alcoolique qui a plus ou moins disparu avec l’accident. Il serait donc marrant si par la suite, la série nous gratifiait de quelques flashbacks, histoire de nous montrer l’évolution.

Au fur et à mesure que j’écris, je me rends compte qu’il y a plus de similarités avec My Names Is Earl que la façon de filmée. Il y a un ensemble de thématiques clairement identiques.

On sait déjà que ce pilot a été un succès, donc, sauf chute très importante, Samantha va au moins rester la saison. Je le spécifie, car en général, les séries qui commencent tardivement sont vite enterrées. Il y a du potentiel. C’est sympathique, même si Christina Applegate est un peu trop exubérante dans certaines scènes. Ce n’est pas comique, enfin, on ne rit pas aux larmes, mais on ne s’ennuie pas et le visionnage est agréable. À suivre donc.