Sanctuary – Revelations Part. 1 (1.12)

La Cabal développe un virus qui affecte les Abnormals, les poussant à attaquer des humains, avant de mourir. Assistée par les autres survivants des Five, Magnus décide de partir à la recherche de la source de leurs pouvoirs afin de trouver un antidote.

C’est la fin de la saison et, pour l’occasion, nous avons une intrigue en deux parties. C’est aussi le moment de réunir les éléments qui composent la mythologie de la série : la Cabal et les Five.

On débute donc sur cette histoire de virus qui poussera ce bon vieux John Druit à refaire surface. Il sera rapidement rejoint, au Sanctuary, par le dernier des Five, James Watson – interprété par Peter Wingfield, second acteur de la série Highlander à apparaître au Sanctuary.

Bref, Helen va rapidement déclarer qu’il faut absolument retrouver la « Source », cet échantillon de sang vampire qui leur a servi à devenir ce qu’ils sont aujourd’hui. Problème : Dr Magnus, père, a caché ledit échantillon de manière que seuls les Five, ensemble, puissent le récupérer. Maintenant que Tesla est mort, ça devient difficile, sans parler que le dernier du groupe, l’homme invisible est aussi décédé. Pour ce dernier, le problème a tout de fois une solution qui prend la forme d’une séduisante petite-fille invisible.

Comme on pouvait s’en douter dès le départ, cette première partie ne nous emmène pas très loin, mettant juste en place les enjeux et les joueurs. On perd un peu de temps avec la demoiselle invisible, on nous répète plusieurs fois que la « Source » est la seule solution. Donc, pas d’approfondissement du problème de base qui nous est vite présenté, et qui restera plutôt grossier. C’est grave, on l’a compris, mais il y a quand même une impression de superficialité autour de toute cette histoire.

Enfin bon, l’ensemble ne s’appuie peut-être pas sur une base très solide, l’épisode n’en est pas pour autant sans intérêt, fournissant ce qu’il faut pour satisfaire ceux qui s’intéressent à la mythologie et ceux qui veulent… du Sanctuary. Le plus gros bémol se trouve dans l’histoire qui amène Ashley et Henry là où il ne faut pas. Ça ne tient pas la route dès le départ. On devine comment cela va tourner et c’est tellement grossièrement écrit que le regarder se produire est presque douloureux. C’est surement pour ça que les défauts qui parsèment le reste de l’épisode sont presque pardonnables.

Bref, la saison se clôture la semaine prochaine et tout est en place pour délivrer un final plein de rebondissements et de révélations.