Selfie : Méfiez-vous des apparences, une bonne série peut se cacher derrière

6 Mai 2017 à 16:30

La fin d’une saison télévisuelle est toujours accompagnée d’annulations. Et si certaines séries vont au bout de leur histoire, d’autres sont forcées de s’arrêter trop tôt. Chez Critictoo, nous avons alors décidé de revenir pendant quelques semaines sur certaines séries qui ont su laisser leur marque malgré le fait qu’elles n’ont pas eu l’opportunité de poursuivre au-delà de leur première et donc unique saison.

Il y a des séries qui attirent tout de suite l’attention, d’autres qui rebutent d’emblée. Selfie, sitcom de la chaine ABC lancée en 2014 pour une unique saison, paraissait être de cette première catégorie.

Son pitch inspiré par My Fair Lady et Pygmalion, avait de quoi inquiéter. Accro aux réseaux sociaux qui lui permettent d’alimenter son narcissisme, Eliza Dooley (Karen Gillan, Doctor Who) réalise qu’avoir des amis virtuels n’est pas la même chose qu’avoir des amis dans la vie après une humiliation publique. Elle décide alors de demander l’assistance de Henry Higgs, un spécialiste du marketing, pour l’aider à l’aider à reconstruire son image.

Tout commence de manière aussi superficielle que son personnage principal. En mettant en scène l’humiliation médiatique et publique d’Eliza puis la nécessité de se confronter à la réalité, le premier épisode grossit le trait en n’offrant pas la meilleure introduction possible à une histoire qui avait de quoi avoir un écho assez important auprès du public. Réseaux sociaux, selfie shaming, mauvaise estime de soi, Selfie brasse des thèmes aujourd’hui universels, mais qui ne sont pas bien mis en valeur au départ.

La série prône alors clairement la déconnexion, basant son propos sur une critique des réseaux sociaux et la pression qu’ils ont sur nos vies, l’influence qu’ils peuvent exercer sur la construction de nos personnalités. Le sujet n’est pas traité avec subtilité et tant mieux. L’outrance d’Eliza, contrastant avec la réserve d’Henry, souligne bien à quel point nos vies connectées nous éloignent de notre existence, justement

Henry Higgs (John Cho, Star Trek) est ainsi là pour rappeler à la jeune femme de ne plus voir le monde par le prisme des autres et du regard factice que le numérique a construit. S’il est là pour la guider dans sa reconstruction personnelle, Eliza a également beaucoup à lui apporter. A vouloir se définir en dehors de son entourage, Henry est tout aussi détaché de la réalité que sa collègue et il va devoir apprendre à faire confiance et à s’ouvrir.

Au-delà de son message sur l’acceptation de soi à travers l’approbation numérique des autres, Selfie est surtout la rencontre entre deux solitaires. Tout au long de la saison, Henry et Eliza se cherchent, se trouvent et se repoussent. Cela pourrait apparaître comme un simple jeu amoureux, poncif télévisuel épuisé, mais c’est moins leur relation qui importe que le chemin qu’ils parcourent pour en arriver là.

L’alchimie est sans aucun doute bien présente. Ce qui est cependant réellement intéressant est la manière dont ils passent d’une indifférence totale, appuyée par un antagonisme total de leurs personnalités, à une réelle amitié se teintant peu à peu de romance. Ils apprennent l’un de l’autre, Henry à être un peu plus extraverti, Eliza à être plus réfléchie.

Cette réussite est alors à imputer à la créatrice, Emily Kapnek (Surbugatory) qui parvient à ne pas tomber dans la redite facile et à dépasser un début trop conventionnel et pas drôle. Mais elle vient surtout à John Cho et Karen Gillian dans les rôles-titres, casting étonnant et qui se justifie pourtant rapidement.

À côté de cela, Selfie a eu à peine l’opportunité d’étoffer ses personnages secondaires. Faute au peu de temps qu’elle a eu, nous n’avons qu’égratigné le potentiel comique de Charmonique (Da’Vine Joy Randolph) et Sam (David Harewood), deux collègues d’Eliza et Henry qui avaient de quoi faire rire lors de leurs apparitions.

À l’instar des images qui ont construit la réputation d’Eliza, Seflie fut fugace, mais hautement sympathique. Elle a mis un peu de temps à se mettre en place, ce qui lui a sûrement coûté la vie, mais une fois le bon rythme trouvé, elle a su faire rire et créer un récit vraiment intéressant et qui mérite le détour.

My Fair Lady [Import Italien]
List Price: EUR 8,90
Price: EUR 8,90
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link