Autres sériesLe blog de Carole

Prime Suspect Prime Suspect : une femme de tête dans le département Homicide de la police de New York

Samedi 5 novembre 2011 à 8:15 | 1 commentaire | | | |

Prime Suspect : une femme de tête dans le département Homicide de la police de New York

 Prime Suspect : une femme de tête dans le département Homicide de la police de New York Prime Suspect : une femme de tête dans le département Homicide de la police de New Yorkpar .

Quand le remake de Prime Suspect fut annoncé pour cette saison, j’avais mes doutes. Ces derniers n’étaient pas vraiment liés à la série anglaise dont je n’ai quasiment rien vu, mais plus au simple concept qui remonte quand même à 20 ans. Dans la version américaine, Maria Bello incarne donc  Jane Timoney, qui est promue détective aux homicides dans une brigade où il n’y a que des hommes. Je suis convaincue qu’il y a encore des choses à dire sur la place de la femme dans les forces de l’ordre – et sur les discriminations qui peuvent en découler – mais peut-être était-ce légèrement extrême pour le XXIe siècle ? Personne n’est venu avec des statistiques pour démontrer à quel degré le point de départ de Prime Suspect était encore valable ou non, mais au fond cela n’a pas grande importance après 6 épisodes, la série s’est suffisamment affirmée pour que cela ne soit pas un souci.

Prime Suspect est donc un cop show dont le principal attrait est sans doute possible son casting, Maria Bello en tête. Jane Timoney est exactement le genre de femmes que j’aime voir sur mon petit écran. Elle est plus que compétente et intelligente, et l’équipe créatrice est elle aussi suffisamment maligne pour éviter de rendre ses collègues trop bornés. Jane fait rapidement ses preuves et les hommes qui l’entourent travaillent avec elle sans avoir à redire – si ce n’est qu’elle peut-être particulièrement chiante. Le Det. Reg Duffy est celui avec lequel elle a le plus de difficulté à s’entendre, mais cela ne repose aucunement sur son sexe, c’est juste une question de caractère – et qu’il est convaincue qu’elle ne méritait pas sa promotion.

publicite

En 6 épisodes, Jane a en tout cas eu le temps de montrer tous ces défauts ou presque à ses collègues qui s’en amusent même parfois. Timoney ne se laisse pas marcher sur les pieds et elle ne cherche pas non plus à plaire à ceux qui l’entourent. Elle a aussi un certain sens de la répartie adéquat pour alimenter les conflits et elle se montre plutôt bornée – une bonne chose pour son boulot, mais cela n’est pas sans faire quelques dégâts par moment. Le show exploite la personnalité de son personnage principal à merveille pour donner le jour à des tensions ou à de l’humour. En bout de route, je me repète, mais Jane est un excellent personnage féminin, brillamment interprété par Maria Bello.

Le show ne se repose pas entièrement sur elle, mais sur une brigade d’enquêteurs à l’alchimie indéniable. Les liens qui les unissent sont palpables et c’est assurément dans les détails que Prime Suspect trouve le moyen d’affiner ses personnages et son environnement. Là encore, le casting – avec Brian O’Byrne, Kirk Acevedo, Tim Griffin, Damon Gupton et Aidan Quinn – est impeccable.

Jane n’a pas que son boulot dans sa vie, elle a aussi son père et un petit ami – qui est divorcé et à un fils. Sans pour autant offrir beaucoup de scènes, l’environnement familial qui est dépeint est suffisant pour comprendre pourquoi Jane est qui elle est, ainsi que la relation qu’elle entretient avec son père. Le fait qu’elle a aussi une vie privée n’est pas non plus négligeable, il y a suffisamment d’enquêteurs célibataires sur le petit écran ; pour le moment, c’est principalement utilisé à but comique et c’est assez bien fait.

Prime Suspect possède ainsi son propre ton duquel il ressort une véritable vision. Ceux derrière la série savent exactement ce qu’ils veulent accomplir et quel type de série policière ils veulent créer. Bien entendu, le show se frotte tout doucement au fonctionnement des forces de l’ordre et principalement aux rapports entre ces flics – et à leurs convictions. Le travail de policier est qui plus est régulièrement utilisé pour s’arrêter assez finement sur les personnes qui se retrouvent mêlées à l’enquête. Les conséquences d’être accusé à tort, la femme dont la vie vient de s’écrouler, les motifs non découverts d’un meurtrier, la façon dont le deuil est géré. Bien entendu, il est aussi prévisible que la série ne va pas toujours être pleine de surprise avec son enquête policière, le dernier épisode en date (le sixième donc) en étant l’exemple parfait ; la série peut en tout cas se reposer sur ses enquêteurs qui bossent tous sur la même enquête et qui arrivent à trouver leur place pour fournir de bons moments – le duo Calderone/Augie étant souvent là pour assurer.

J’avais beaucoup aimé le pilote de Prime Suspect et les épisodes qui ont suivi ont bel et bien confirmé cette première impression. Si la série lutte dans les audiences face à The Mentalist et Private Practice, voir le show multirediffusé sur NBC me console à un certain niveau. On ne pourra pas leur reprocher de ne pas avoir soutenu la série, au contraire. En tout cas, c’est sans doute possible pour moi une des meilleures nouveautés de cette saison.

Partager cet article

publicite
  • sephja

    tout à fait d’accord

54 queries. 1,019 seconds.