Avec Moya, Pilote découvre un phénomène similaire à ce qui a causé la venue de John sur le vaisseau. Devant le vortex et la vue de la planète bleue, Crichton décide de tenter sa chance, pensant que cela va le ramener chez lui. Aeryn refuse de l’accompagner et après des adieux, John s’en va. Il atterrit en Australie, mais l’accueil n’est pas aussi chaleureux qu’il aurait pu l’espérer : il est interrogé et examiné par des militaires refusant de lui fournir une seule information.

John: They have worlds out there, people out there you wouldn’t believe! But they do not have chocolate.

Aujourd’hui, A Human Reaction reste un de mes épisodes préférés de Farscape, peut-être même mon préféré. C’est celui qui m’a scotchée devant ma télévision et a entrainé tout ce qui a suivi. Au-delà de cela, c’est aussi à partir de là que l’histoire de Farscape prend un tournant majeur. Le fait de savoir ce qui attend John après donne clairement une autre saveur à ce qui se passe.

En fait, le titre français (Que feraient-ils ?) est d’une certaine façon bien plus explicite sur le contenu de l’épisode, et il faut bien dire qu’une fois qu’on sait ce qui se passe, on appréhende différemment les évènements. La révélation finale a un réel impact, mais la magie de la « première fois » a clairement disparu pour laisser place à une vision bien plus large des évènements. Sans parler du futur de la série, le regard sur l’épisode n’est pas le même, vu qu’on voit tous les importants détails pour arriver à la conclusion de John à la fin.

Enfin, je reviens au départ de l’épisode, avec Chiana et Zhaan se disputant. La première fera là sa seule apparition de l’épisode, son ajout à l’équipe s’étant fait à la dernière minute ; les scénaristes n’avaient pas encore décidé quoi faire d’elle et d’un autre côté, elle n’avait clairement pas sa place dans les adieux entre John et l’équipage.

Crichton s’engouffre ainsi dans le vortex, qui nous ramène sur Terre et va servir à nous confronter aux comportements humains face à l’inconnu, de même qu’explorer la relation entre John et son père. Malgré le twist final, celle-ci est basée sur les souvenirs/sentiments de notre astronaute préféré, et s’inscrit dans la continuité de ce qu’on a pu explorer avant. J’aime beaucoup la relation père-fils qui est développée, car sans jamais se simplifier, elle reste ancrée dans des sentiments affectifs bien visibles et surtout exprimant réellement l’amour que l’un a envers l’autre et vice versa.

Le retour sur Terre de John ne se fait donc pas aisément, mais la situation prend une tournure majeure avec l’arrivée de D’Argo, Rygel et Aeryn sur Terre. Le premier est totalement sous-employé, alors que le second se verra autopsié (une image qui est assez marquante, je trouve). Aeryn, c’est une autre histoire, car les évènements vont clairement créer un contexte de rapprochement avec John, marquant encore une étape dans leur relation en développement (et pour le moment en construction et sans les multiples obstacles à venir). En tout cas, la peacekeeper a ses moments, que cela soit avec la pluie (une improvisation de Claudia Black par ailleurs), ou quand elle enfile une robe.

Vient ensuite la scène où John réalise ce qui se passe, où tout ce qui a été semé dans l’épisode converge pour donner un sens aux évènements. À noter que l’on voit dans le passage dans les toilettes, Anthony Simcoe, le réalisateur Rowan Woods et le concepteur de la production Ricky Eyres. Quoi qu’il en soit, tout se recoupe, et franchement, je n’y ai vu que du feu la première fois (ce qui donne une intensité impressionnante à l’histoire, soit dit en passant).

Crichton va ainsi rencontrer pour la première fois The Ancients, un nom pas très original, j’en conviens, mais qui leur va bien, à cause de leur connaissance incroyable du monde qui les entoure. Une première confrontation qui laisse largement entrevoir une suivante, et qui marque le point de départ d’une histoire aux proportions encore insoupçonnées à ce stade.

A Human Reaction est un des épisodes les plus importants de l’histoire de la série, ce qui lui offre une place particulière. Au-delà de cela, c’est sûrement le meilleur de cette première saison, jouant sur différents niveaux de lecture, fournissant de la noirceur et quelques notes d’humour, donnant à ses personnages du matériel pour progresser, et introduisant au spectateur les Ancients, des êtres au savoir incommensurable. Beaucoup de choses qui participent donc à faire de cet épisode un incontournable.