Une grosse boule est venue détruire le bar de Haven. Celle-ci ne pouvait être déplacée, et Audrey décide d’aider Nathan dans son enquête les menant au révérend, à sa fille et à son fils adopté.

Après un premier épisode un peu brumeux, ce second d’Haven va confirmer cette tendance tout en fournissant une réelle direction. Ce qui se passe dans la ville est étrange et sera clairement au cœur de cette première saison.

Enfin, avant d’en arriver là, Audrey cherche des renseignements sur la femme se trouvant sur la photo du journal Colorado Kid fourni au précédent épisode ; devant l’absence de résultat, elle décide d’accompagner Nathan dans son travail pour faire passer le temps. Un procédé scénaristique qui ne pourra pas tenir longtemps, me suis-je dit, et une démonstration que l’équipe créatrice en a bien conscience, car la carrière de l’agent Parker prendra un tournant à la fin.

En somme, vous l’avez compris, il s’en passe des choses à la fin de cet épisode, ou en tout cas, il y a des informations et des directions de fournies. Ce n’est pas pour cela qu’il n’y en a pas tout au long de ce « Butterfly » non plus, qui permet de faire connaissance avec le révérend de la ville, d’ouvrir une fenêtre sur le passé de Nathan et donc de mettre en place des évènements étranges dont il faut trouver l’origine.

En termes d’étrangeté, le coup du papillon fournit une dose plutôt sympathique, participant à jouer avec cette ambiance un peu oppressante que la série réussit à avoir, tout en conservant un équilibre assez juste avec le côté jolie petite ville que certains coins d’Haven ont. En tout cas, j’apprécie énormément le ton que la série a choisi, car il change quelque peu de ceux des autres programmes de la chaine. Après ça, le coup du cocon est visuellement plus que moyen, mais on passera là-dessus.

L’histoire en elle-même a un développement et dénouement assez logique. Surtout, le fait que les soupçons se portent d’abord sur le révérend, ensuite sur sa fille, permet de facilement deviner où l’on va. Malgré cela, c’est utilisé à bon escient, car cela offrira l’opportunité de créer quelques dialogues révélateurs et mystérieux. On jongle sur les deux plans, vu que nous sommes comme Audrey, nous ne savons strictement rien, donc la moindre référence est une information à prendre.

Ainsi, il apparaît clairement – et Nathan le confirma à la fin – que les phénomènes étranges ont déjà envahi Haven, mais qu’ils étaient partis. Ce n’est pas non plus limpide comme de l’eau de roche cette histoire, et c’est normal, car c’est clairement là-dessus que cette première saison semble vouloir se bâtir. Avec cela, il y a le mystère sur la possible mère d’Audrey, et là encore, l’équipe prend presque au dépourvue en admettant si rapidement ce qui apparaît comme une évidence : tout est lié. C’était on ne peut plus logique et les personnages viennent aussi à cette conclusion naturellement.

D’une certaine façon, Haven montre avec ce second épisode qu’elle semble avoir une idée de où elle va, qu’elle connaît plutôt bien les clichés du genre et qu’elle ne va pas non plus abuser de la patience de son spectateur. Pour le coup, « Butterfly » permet d’affirmer les mystères et d’éclaircir la direction de la série de façon plutôt intelligente. Tout ceci se montre suffisamment intrigant pour donner envie, et il faut reconnaître que malgré le classicisme de l’affaire, c’est plaisant à suivre. Que des bons points ou presque avec cet épisode.