Willamina aka Will, est envoyée par ses parents dans un camp pour perdre du poids. Seulement, la jeune femme n’a pas envie d’être là, et va rapidement faire forte impression sur ses compagnons, avec un strip-tease et le trafic alimentaire.

Après Pretty Little Liars, ABC Family lance sa seconde nouveauté de l’été, elle aussi tirée d’une série de livres pour jeunes adultes, Huge.

La série nous plonge dans l’univers des personnes en surpoids, et tout particulièrement des jeunes décidés à y changer quelque chose en se retrouvant dans un camp dont le but est donc de les aider dans leur objectif : retrouver la ligne. Cela passe par de la nourriture diététique, beaucoup d’activités physiques, et une tentative de soutien psychologique.

Malgré son contexte particulier, Huge ne sera pas épargnée par l’aspect adolescent (c’était prévisible) et va tenter au sein de ce pilote de mettre en place tous les éléments classiques du teen show : rivalité féminine, amour de jeunesse, amitié. Les adolescents (au masculin, j’entends) sont en retrait, car il est évident que la série vise un public principalement féminin (cible de la chaine) et que ce sont les jeunes demoiselles qui sont le centre du show.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas dans sa partie la plus classique que Huge réussit le mieux, tout particulièrement dans son aspect romance ultra forcé, qui ne prend même pas le temps d’être convenablement installé pour être crédibilisé. Malgré donc des erreurs, ce premier épisode possède un certain charme, pas mal aidé par le franc-parler de Will (l’héroïne), qui n’a pas particulièrement envie d’être là, mais qui va au cours de ces 45 minutes faire du chemin pour vouloir le changement – seul moyen possible pour que celui-ci se réalise.

Il y a quelques moments à l’ambiance un peu particulière dus à la façon dont la thématique est abordée, mais cette particularité passe vite au second plan pour imposer des personnalités assez fortes et jouer avec le défi que ces adolescents doivent surmonter. Un certain nombre de répliques sonne définitivement juste (personne n’ira contredire l’appel du sucre en plein régime), certaines scènes possèdent une connotation ironique/humoristique qui aide le propos et le scénario, et le tout ne se révèle pas désagréable à suivre. Je me suis ainsi retrouvée à réellement être intéressée par ce qui se passait sous mes yeux, preuve d’un démarrage pas trop mal menée.

Huge parvient donc avec ce premier épisode à imposer son contexte et ses personnages. Elle n’évite pas les clichés, et certains ne sont pas très prometteurs pour la suite de la série, mais le reste compense assez bien et si la répartition n’est pas bousculée, Huge pourrait très bien être une sympathique série estivale.