Sleepy Hollow – Pilot (1.01)

Sleepy Hollow - Pilot (1.01)

Mort en 1781, Ichabod Crane se réveille en 2013 à Sleepy Hollow où il reprend son combat contre un cavalier sans tête lui aussi de retour. Dans le monde d’aujourd’hui, Ichabod passe pour un fou, mais trouve en Abbie Mills, du bureau du shérif, une nouvelle alliée.

Nouvelle série fantastique de la rentrée sur FOX, Sleepy Hollow est une création d’Alex Kurtzman, Roberto Orci, Phillip Iscove et Len Wiseman. Un quatuor spécialisé dans l’action qui mise donc une fois de plus là-dessus pour nous introduire à un show au concept qui peut sonner quelque peu farfelue au premier abord.

L’idée est de tirer le célèbre Ichabod Crane de son époque pour le plonger dans la nôtre afin de l’opposer de nouveau au Cavalier sans tête. Il est indéniable que cela demande l’introduction d’un contexte plus que solide. Ce n’est pourtant pas totalement cela que ce pilote nous délivre, mais il faut bien admettre que les bases qu’il pose ont de quoi tenir un minimum la distance.

L’épisode débute avec la mort d’Ichabod à son époque, puis survient son réveil en 2013. On enchaine alors sans surprise sur les premières victimes décapitées – dont le shérif interprété par Clancy Brown qu’il aurait été appréciable d’avoir plus longtemps à l’écran. Mais tout se passe vite et on rencontre ainsi la députée du shérif, Abbie Mills, une jeune femme qui possède elle aussi son lot de mystères qui, 40 minutes plus tard, seront reliés à la mythologie du show.

Celle-ci est justement le sujet principal, puisqu’il est nécessaire de lier les personnages entre eux afin que l’on se pose plein de questions et que l’on revienne chaque semaine pour découvrir des bribes de réponses. Cela dit, pour vendre l’ensemble, les scénaristes imposent très lourdement le concept à gros coup de références bibliques et de rêves évocateurs nous livrant plus d’explications qu’on pouvait escompter. Plus l’épisode progresse et plus s’évapore l’aura pleine d’intrigues du début pour laisser de la place à une approche bourrine et à de l’action qui devient sans tarder hors de contrôle – tout particulièrement quand le fameux Cavalier sans tête s’équipe de fusils d’assaut.

Dans la forme, cette introduction à Sleepy Hollow s’égare dès lors rapidement, mais l’ensemble possède un certain charme, principalement alimenté par l’alchimie entre les deux héros, qui aide l’histoire à prendre un peu de consistance. Bien entendu, cela reste poussif à trop de niveaux pour que l’on puisse espérer tirer dans un premier temps plus qu’un simple divertissement maladroit de ce show, mais si les scénaristes réussissent à injecter régulièrement des twists intelligents, il est possible que le potentiel de l’intrigue s’étoffe en peu de temps dans le bon sens.

En attendant de voir comment cela tourne, Sleepy Hollow débute avec une certaine absence de finesse, mais s’avère facile à regarder en affichant une énergie indéniable et une tonalité convenablement maitrisée afin de vendre le tout avec assez de conviction, mais sans un surplus inutile de sérieux qui aurait pu rendre tout cela embarrassant.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires