Sleepy Hollow : retour sur le début de ce succès (sans tête)

Sleepy Hollow

Première série renouvelée de la saison, Sleepy Hollow est donc l’un des succès de la rentrée. Ce n’était pas forcément gagné, car même si FOX a clairement organisé une campagne promotionnelle efficace, le show pouvait tout de même faire un bide.

On pourrait dire que c’est une question de timing, puisque Sleepy Hollow est le genre de show qui délivre un type de divertissement qui ne disparait jamais, mais qui n’est pas nécessairement toujours ce que les spectateurs recherchent. Globalement, cette création d’Alex Kurtzman, Roberto Orci, Phillip Iscove et Len Wiseman – parce qu’à 4 c’est plus marrant – nous propose une histoire tellement énorme que l’on sait dès le départ qu’il est préférable de ne pas trop réfléchir pour apprécier l’aventure. Et c’est tant mieux, étant donné que visiblement, le lundi soir, les américains voulaient justement cela.

Nous suivons donc Ichabod Crane qui se réveille d’entre les morts 200 ans après avoir éliminé le Cavalier sans Tête dans la ville de Sleepy Hollow. Le tueur décapité est lui aussi du voyage et Crane s’associe au lieutenant Abbie Mills du bureau du Shérif pour le traquer. Bien entendu, il fallait plus que cela pour tenir une saison entière – voire 7 – et on nous embarque alors dans un combat aux dimensions bibliques contre un démon qui veut nous apporter l’Apocalypse.

Tout ceci est assez énorme et, il faut l’admettre, c’est par moment grossièrement écrit. Mais c’est globalement divertissant. Si on se laisse entrainer dans le délire, peu importe si quelques rebondissements font accidentellement rire, cela fonctionne tout de même relativement bien.

Après quatre épisodes, il est en tout cas clair que la force principale du show se trouve être le duo central : Ichabod Crane et Abbie Mills. Tom Mison et Nicole Beharie ont commencé à entretenir une dynamique assez classique avant de rapidement trouver leurs marques, et ils se sont laissés porter par l’ensemble. Leur alchimie à l’écran s’occupe de faire digérer le grand n’importe quoi qui ponctue leurs aventures rocambolesques, et il y a de quoi faire dans le registre.

Cela dit, même si cela est amené par moment avec une absence notable de finesse et si l’écriture de certains dialogues est à pleurer, il y a clairement de l’ambition dans Sleepy Hollow. La série possède une mythologie qui, en quatre épisodes, a déjà commencé à s’étoffer et chaque nouvelle étape de leur quête ajoute une pierre à l’édifice. C’est peut-être excessif dans les recoins, mais il y a suffisamment de conviction derrière afin que cela devienne engageant et que le show puisse véritablement prendre de l’ampleur. Il faut dire qu’en plus les acteurs donnent à leurs personnages une détermination qui aide vraiment à rendre tout cela convaincant.

Les scénaristes ne sont pas non plus en reste, car ils trouvent le moyen d’adopter une approche de procedural drama avec son monstre de la semaine, tout en laissant l’ensemble être sérieusement feuilletonnant.

Enfin, ajoutons au crédit de Sleepy Hollow un casting étonnement diversifié. Pour une fois, la diversité raciale dans une série de network américain ne parait pas dictée par des quotas, bien au contraire. D’ailleurs, malgré une population notable d’afro-américains, ce sont principalement les blancs qui sont les criminels et qui meurent. C’est quelque chose qui est, à un certain degré, étrangement rafraichissant.

En tout cas, après quatre épisodes rythmés et légèrement survoltés, Sleepy Hollow prouve que même si elle ne sera jamais une grande série et qu’elle avait tout pour se planter dans un ridicule dérangeant dès le départ, elle pourrait tout de même être la surprise que l’on n’attendait pas en cette rentrée. Tous les gens impliqués semblent simplement embrasser totalement le genre de divertissement que le show se doit d’offrir et cela est traité avec la conviction nécessaire, même avec les plus gros délires. Bien entendu, le challenge va être de rester dans cette direction toute la saison, ce qui devrait être facilité par le fait qu’il n’y a que 13 épisodes.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link