Le Général et Lucy Lane débarquent à la ferme pour passer Thanksgiving avec Lois et Clark et surtout pour tester ce dernier. En coulisse, la Suicide Squad prévoit d’assassiner Sam Lane alors que Tess et Oliver découvrent que les justiciers ont été marqués.

Thanksgiving est clairement en avance à Smallville cette année puisque c’est le prétexte utilisé pour ce débarquement militaire de la famille Lane et autres joyeusetés qui ponctuent toujours la vie de Clark. Et sur ce coup, on préférerait presque Rick Flag, le chef de la Suicide Squad et sa croisade patriotique aux Lane.

Parce qu’en voilà une famille de pénible ! Le Général, toujours campé par le vétéran Michael Ironside, qui semble s’amuser comme un petit fou à pourrir la vie de Clark, est insupportable alors que Lucy (Peyton List, FlashForward) se trimballe un complexe d’infériorité par rapport à sa sœur qui la rend particulièrement invisible et sans saveur. Le pire c’est qu’au contact de son père, Lois n’a plus rien du panache de notre Lois Lane ! Depuis des années, ne nous ressort-elle pas toutes les façons qu’elle a eues de détourner les plans de son militaire de père ? Et là, elle nous donne le spectacle d’une carpette, jolie certes mais carpette quand même.

Heureusement que Clark se montre l’homme solide, courageux et confiant qu’il est face à la double menace qui se pointe. Pour une fois, c’est lui qui a le plus de caractère en se dressant contre la tyrannie de Sam, ses idiotes basses besognes et son discours antihéros. Il est même assez compréhensif envers Lois.

Il faut dire que finalement la tentative d’assassinat de Sam par Rick Flag remet du baume au cœur de tous : le Talon disparaît (il ne servait à rien depuis bien longtemps !), Sam change un peu d’avis sur les super héros et semble bel et bien comprendre en filigrane que Clark est The Blur, les sœurs Lane discutent à cœur ouvert, une certaine question est posée au Général par Clark (ohlala, quel suspens !!) et tout le monde passe un joyeux Thanksgiving, là encore filmé avec tous les clichés du genre.

A Metropolis, Oliver, que l’on va finir par appeler Ouin-Ouin à force de pleurnicher sur l’absence de Chloé, tente de restaurer sa confiance en Tess, laquelle a délaissé son psychopathe de Lex Junior pour « prendre la place » de Chloé à la tête de la Watchtower. Bon, Tess est bien gentille et patiente, mais faudrait voir à ne pas trop tirer sur la corde, Mister Queen. La rousse fait quand même ce qu’elle peut pour être agréable à tout le monde et elle s’en prend chaque fois plein la figure. Mais Oliver tombe la chemise alors, finalement, on lui pardonne assez facilement ! (Clark aussi, mais il va y avoir du boulot pour rentrer dans le costume, Monsieur Poignées d’amour !)

En résumé, l’arrivée des Lane fait le show, mais ils se révèlent très vite plus agaçants qu’utiles sans parler du discours patriotique bien gerbant. Pour autant, le rapprochement Tess/Oliver est sympathique et mettre le couple Lois et Clark déjà à l’épreuve est au final une bonne idée, notamment pour la suite.

avatarUn article de .
2 commentaires