Lois se retrouve possédée par l’âme d’Isis grâce à un collier qu’elle a embarqué lors de son voyage en Égypte. Cat Grant est de retour et est persuadée que Lois est The Blur alors qu’Oliver et Clark tentent d’arrêter la déesse avec l’aide de Tess.

En voilà un épisode riche en storylines secondaires ! Et heureusement d’ailleurs, parce que l’intrigue principale manque singulièrement de sérieux et n’évite pas toujours le ridicule.

Petit conseil aux scénaristes (oui, je sais qu’ils ne nous lisent pas !!) : n’utilisez pas comme fondement de votre histoire une scène coupée d’un précédent épisode pour simplement nous la balancer dans le « Précédemment ». Car de mémoire de sériephile, nous n’avons jamais vu dans l’épisode Shield (10.02) Lois faire ses bagages et prendre « par inadvertance » le collier d’Isis. Mais bon, la mémoire photographique semble aussi faire défaut à la journaliste puisque même après avoir vu le collier dans le dossier de Cat, elle est toute étonnée de le trouver dans son sac. Bref, vous l’aurez compris, Erica Durance hérite donc une fois de plus d’une intrigue bancale de laquelle, il faut l’avouer, elle ne se sort pas trop mal en termes de jeu en modulant notamment sa voix. L’âme d’Isis est en elle et elle veut retrouver son Osiris.

Tout ici est en fait prétexte à nous parler d’amour : celui d’Isis pour Osiris (dont on oublie gentiment de nous spécifier qu’ils étaient quand même frère et sœur !), de Clark pour Lois, de Lois pour Clark, d’Oliver pour Chloé (on va finir par le savoir qu’il est amoureux !) et de Tess pour le petit Alexander.

Et alors que Clark, tirant les enseignements du précédent épisode, cherche la meilleure façon d’annoncer à Lois qu’il est The Blur, et que Lois s’apprête à accueillir ses confidences (sympathique scène du début devant le miroir), une plus grande menace encore qu’Isis se (re)pointe : Cat Grant. Que cette fille est pénible ! Et pas franchement finaude non plus. Il n’y a qu’à voir la crise de rire qu’elle procure à Tess (c’est tellement rare) en lui annonçant qu’elle sait que Lois est The Blur ! D’ailleurs, sa petite guéguerre avec Lois est plutôt savoureuse, cette dernière n’étant pas très encline à la laisser chasser sur ses terres et à trop s’approcher de son homme.

L’épisode est aussi l’occasion de faire revenir Tess sur deux fronts : l’aide possible qu’elle peut apporter aux super héros en prenant « la suite » de Chloé dans la Watchtower et les sentiments d’amour maternel qu’elle se découvre pour Alexander. C’est plutôt bien amené et bien interprété par Cassidy Freeman même si on ne peut s’empêcher de penser que son obsession passée pour Lex pourrait amener quelque chose de malsain dans sa relation avec ce petit.

Chemin faisant, Tess et Oliver, tout ennemis qu’ils soient, se découvrent une solitude commune, lui à cause de son amour perdu et son besoin de reconnaissance (dommage que l’on ne voit pas davantage Erica Cerra, la belle Jo d’Eureka), elle parce qu’elle n’a jamais laissé personne s’approcher. La thématique « couple maudit » fonctionne plutôt bien par opposition à Clark et Lois qui terminent l’épisode en apothéose. Car oui, enfin, il lui dit tout et découvre très étonné qu’elle savait déjà. C’est très mignon et frais.

Au final, rendons donc grâce à toutes ces intrigues secondaires assez pétillantes qui font de Isis un épisode sympathique et qui comblent la faiblesse de cette histoire de possession égyptienne.

avatarUn article de .
5 commentaires