Clark enquête sur la mort suspecte de plusieurs personnes en rapport avec Darkseid alors que Chloé et Oliver sont enlevés par l’un de ses disciples, Dessad. En pleine préparation du mariage, Lois propose à Clark de le déguiser lorsqu’il est The Blur.

Maintenant que la loi anti-héros est enterrée et toute cette agitation calmée, il est temps pour les scénaristes de la série de se recentrer sur la grosse menace de la saison, Lord Darkseid, et de travailler sur le futur de la mythologie Superman. C’est sur ces deux aspects qu’évolue Masquerade en rajoutant au passage une crise de conscience/vie/personnalité pour Chloé.

Malheureusement, tout ça se montre assez brouillon, avec la Crazy Night vs Mr and Mrs Smith de Chloé et Oliver, ou l’enquête mal ficelée de Clark, avec une Lois qui en est réduite à rester au bureau, préparant le plan de table du mariage, jonglant avec les traiteurs et cherchant à convaincre son homme, décidément têtu, que « non, vraiment, ce n’est pas une bonne idée de te balader avec la même tête quand tu sauves un 747 et quand tu viens bosser au Daily Planet ».

Si l’on ne comprend pas plus que ça cette histoire d’agents du FBI sous couverture, l’épisode fait surtout un pont d’or à Alison Mack (ce doit être l’une des conditions de son retour) qui s’impose plus que jamais comme une héroïne complexe, une jeune femme qui a du mal à retrouver une place dans sa propre vie et dans sa relation avec Oliver. À force de jouer les super-hackeuses et les Tour de Guet, Chloé s’est perdue en route, sans doute peu aidée par son petit tour dans le masque de Fate. Elle n’est plus l’insouciante jeune fille d’autrefois et ne veut surtout pas perdre son indépendance au profit d’une relation. En gros, elle a juste peur. À ce titre, son enlèvement et la torture mentale dont elle fait l’objet par Dessad est une bonne initiative puisqu’elle met également à jour les sentiments de frustration qui peuvent être les siens à voir sa cousine obtenir ce qu’elle a longtemps voulu : Clark. Mais là aussi, cette partie de l’épisode manque de clarté et laisse un goût amer. C’est comme si Chloé était une bombe à retardement qui pourrait exploser au moment où on s’y attend le moins à l’instar d’une Willow dans Buffy. Tic tac !

Concernant Clark/The Blur/Superman, la mythologie est plus que jamais en marche et cela fait plaisir à voir. Après quelques essayages catastrophiques, Lois n’ayant pas vraiment le sens de la mode pour son super-héros préféré, une conclusion simple parvient au cerveau plutôt lent de Clark. Au lieu de déguiser The Blur, déguisons Clark Kent. C’est ainsi qu’entrent officiellement dans la série les fameuses lunettes et la maladresse du jeune homme, accompagnée d’une perte évidente d’assurance. La connaissance, semble-t-il mondiale, un peu risible du grand journaliste Clark Kent par l’ensemble de la population en début d’épisode est sacrifiée au profit de sentiments moins glorieux de la part des autres à commencer par l’assistant impertinent de Lois. C’est le prix à payer d’une double vie.

Smallville a donc encore bien des choses à nous dire et comme en témoigne la dernière image de Masquerade, les héros ne seront pas épargnés. Comme ici, ce n’est pas toujours bien structuré ou maîtrisé, mais assurément plaisant.

avatarUn article de .
0 commentaire