La loi anti-superhéros a été votée et c’est le Général Wilson qui est chargé par le Président de remédier à la « menace » en faisant construire des prisons souterraines. Alors qu’Oliver et Aquaman sont enfermés, Lois se questionne sur sa place auprès de Clark.

Si vous pensiez avoir tout vu en matière d’intolérance militaire et d’esprit borné en la personne du père de Lois, ce n’était rien comparé à Slade Wilson, l’homme derrière lequel se cache un énorme plan machiavélique (et Darkseid) pour contrer les bonnes actions de notre équipe de superhéros. La cerise sur le gâteau c’est que le bonhomme est interprété par Michael Hogan, le Saul Tigh de Battlestar Galactica dont le phrasé particulier va à ravir à ce genre de rôle. Et considérant qu’il y a aussi dans l’épisode Alessandro Juliani aka le Dr Emil Hamilton, on peut parler de petite réunion BSG !

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos poissons, car Aquaman est de retour. Accompagné de son épouse Mera qui aime à disserter contre Lois sur le pouvoir de son chéri (et le fait que la journaliste aime les hommes influents, comme Tess en somme !), il a pris sur son bonnet d’agir contre la loi alors qu’Oliver et Clark en étaient encore à discuter de ce qu’ils devraient faire. Et grand bien lui fasse si ce n’est que le garçon tient plus de l’Action Man que du grand penseur et finit dans les filets de Wilson. Et là, merci aux scénaristes, c’est festival de beaux mecs torse nus. Il n’y a pas à dire, ces héros sont tous des blocs !

Il s’avère que pour un épisode aussi remuant, le discours sur les droits et devoirs d’un superhéros tient la route alors même que le titre pouvait faire craindre le pire. La façon dont le scénario relie Slade Wilson (qui devient Deathstroke) à Darkseid (via le sigle Omega) et offre une perspective pour le moins effrayante pour l’avenir de l’humanité est très bien pensée.

Et puis bien sûr il y a tous ces petits moments qui font la saveur d’un épisode de Smallville : les scènes communes entre Lois et les filles de l’épisode (Mera, Tess) et surtout la love-story Clark/Lois qui n’a de cesse de trouver ses marques. Lois marche sur des œufs, Clark continue de la jouer en solo par peur de la mettre en danger, ça ne peut pas continuer ainsi. Aussi décident-ils tous les deux d’y remédier sous nos yeux. Et voilà Lois qui intègre « enfin » (comme le lui dit une Tess très prêteuse) l’équipe. Chouette alors !

Vous l’aurez compris, Patriot (6ème réalisation de Tom Welling) est un énorme épisode mythologique qui fait à la fois intervenir une ancienne tête, permet à Clark et Lois de continuer à se redéfinir en tant que couple tout en offrant une première partie très centrée sur l’action et une seconde bien plus calme et personnelle. Une réussite assez tardive (la partie acceptation de Lois dans la Watchtower conclue formidablement l’épisode et en est l’intérêt principal) mais évidente.

avatarUn article de .
3 commentaires