Alors qu’elle fait croire à Lionelnate qu’Alexander est mort, Tess demande à Clark de s’occuper du jeune garçon avec lequel il partage son ADN. De son côté, Lois tente de trouver une faille à la couverture de Lionelnate qui n’est pas censé exister dans ce monde.

Pas de doute, chez les Luthor, les histoires familiales sont glauques quelque soit la façon dont on les retourne. Après Tess, obsédée par Lex, qui se prenait pour la mère du petit Alexander en début de saison, on apprenait, et elle avec nous, qu’elle était la fille abandonnée de Lionel ce qui fait du jeune homme son demi-frère.

Mais voila-t-il que ce pauvre Clark qui n’a rien demandé à personne se retrouve dans l’équation, son patrimoine génétique ayant été très commodément transposé dans le jeune homme. Ainsi, et pour paraphraser Lois, Alexander est « le fils de Clark et de Lex » tout en demeurant également le fils (et petit-fils) de Lionel et le protégé de sa sœur, Tess. Brr ! Pas étonnant qu’ils soient tous timbrés dans cette famille !

La série ayant perdu deux de ces personnages réguliers la semaine dernière, Scion est l’occasion de renforcer la team Clark en petit comité. De fait, l’épisode tourne en rond avec une Tess sur tous les fronts et qui embringue Clark et Lois dans ses propres problèmes. Le premier doit jouer les mentors, la seconde doit faire tomber Lionel Luthor.

Bien sûr, si tout cela profite à l’ensemble, c’est avant tout Tess qui en sort gagnante. Son Alexander se tourne vers le Bien et est quasi adopté par Clark alors qu’elle parvient à éjecter Lionelnate et récupérer Luthercorp. Et est-ce mon imagination, mais Tess semble bien plus cool et détendue depuis ses petites galipettes de la semaine dernière avec Emil !

Du coup, Lois ne sert à rien et se retrouve cantonnée dans le rôle de l’intrépide journaliste qui se fait très rapidement enlever puis sauver par le superhéros. Car en bon Clark bis, le jeune Alexander éprouve quelques émois pour la belle.

Ce serait très mignon s’il n’était pas sous l’emprise de la kryptonite rouge et envoyait Lois valdinguer à travers la pièce dès qu’elle lui dit que « non, entre nous, il n’y aura rien, minipousse » ! Remarquons au passage que lorsque tout rentre dans l’ordre, elle ne semble pas s’inquiéter de la présence à la maison de ce gamin qui en pince gravement pour elle. De là à ce qu’elle joue à la maman, il n’y a qu’un pas ! Glaude, on vous dit !

Au chapitre des incohérences de cet épisode, il y a l’annonce au générique de la présence de Lexa Doig (Mme Michael Shanks à la ville) dans le rôle du Dr Lamell qui n’apparaît à aucun moment. Voilà qui s’appelle être violemment coupé au montage !

Pour ce dernier épisode avant la pause, Smallville nous sert un opus passable et redondant, les aventures du jeune Alexander ayant déjà été vécues des années plus tôt par Clark et dont le « cliffhanger » final laisse franchement à désirer.

Retour le 15 avril pour la dernière ligne droite de cette ultime saison.

avatarUn article de .
4 commentaires