Somebodies traite de la vie de jeunes afro-américains adultes tentant de donner un sens à leur vie après la fin de leurs études.

Diffusé sur BET, Somebodies est la première sitcom de la chaine. La série est basée sur un film présenté à Sundance, et si j’étais méchante, je dirais qu’il est passé complètement inaperçu. Le créateur du film, Hadjii, est l’homme derrière la série et l’interprète de Scotty, le personnage principal, étudiant professionnel, dont on lui fait remarquer qu’il est temps qu’il fasse quelque chose de sa vie. Mais bon, il faut bien le dire, nous sommes comme lui, nous n’en avons strictement rien à faire.

C’était assez prévisible, il n’y a pas d’argent, et peu d’efforts sont fournis pour nous le faire oublier. C’est sûrement car le scénario est assez mauvais, que l’on nous sert des blagues éculées qui ne sont plus drôles depuis 10 ans au moins, et qu’il y a bien trop de personnages caricaturaux. La scène d’ouverture avec le prêtre qui fait son serment, avec un jeu poussif, nous met directement dans le bain. Mais, après tout, cela aurait pu s’améliorer par la suite. On découvre donc Scotty, sa famille et ses amis, et franchement, il n’y a pas grand-chose à sauver dans le lot. Petit aperçu : un des amis de Scotty sort avec sa prof de tennis, qui se trouve être la femme d’un type que rencontre Scotty. Quand il revient chez lui, la femme planque l’ami dans le placard. La pièce faisant 15m². Grand moment de télévision, qu’on a déjà tous vu 1 000 fois au moins, mais on était jeunes et naïfs à l’époque.

Pas besoin de faire un dessin, Somebodies est assez désolant de par son scénario mauvais, dans lequel on a fourré des scènes et dialogues qui ont dépassé le stade du cliché. À l’arrivée, je n’ai même pas su si c’était les acteurs qui sonnaient assez faux, ou si c’était simplement la faute à tout le reste.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire