Jax est sur le point de retrouver son fils à Belfast, alors que des associations se font à Charming pour sauver la vie de Tara.

Après les derniers évènements, on aurait pu s’attendre à un épisode plus agité pour sa résolution à Belfast, mais celle-ci se montre plutôt sage, et approximativement comme on pouvait la prévoir.

Après les dernières révélations de Father Ashby, il n’y a rien de surprenant à assister aux doutes existentiels de Jax, éternellement rongé par une culpabilité sous-jacente dont on peut se questionner sur l’origine – possiblement son père, pourtant loin d’être un saint. Quoi qu’il en soit, c’est définitivement sur cette corde que tire l’épisode, épuisant Jax jusqu’au bout avec son fils, bien qu’il est tout aussi prévisible de savoir que le bébé finira par retrouver sa famille, tout simplement par le fait que cela aurait été tout bonnement ingérable si cela n’avait pas été le cas. Enfin, nous avons de cette situation des scènes fortes qui en surgissent, à commencer par la confrontation de Gemma avec son fils, quand ce dernier lui annonce avoir laissé Abel à ses parents adoptifs. C’est d’ailleurs à ce moment précis qu’elle crache le morceau sur la grossesse de Tara, un timing quasi impeccable au vu de la fin (à l’image de beaucoup d’éléments de cette saison, l’orchestration est un peu trop parfaite). Le sacrifice de Father Ashby se montre aussi assez fort, surtout après les manipulations auxquelles il a participé.

En se préparant à quitter Belfast, on fait ses adieux à Trinity, semblant en accord avec les dernières révélations familiales et ayant développé une relation plutôt touchante avec Jax, ainsi que sa mère, mais qui va faire des dégâts, mettant dans les bagages les lettres de John Teller. Si nous avons le droit à la lecture de l’une d’entre elles, les autres promettent des éclaircissements d’importance sur le passé.

À Charming, la situation de Tara progressait vite, mais va prendre un tournant pour être à l’évidence ce qui va alimenter la fin de saison. Pour ce faire, elle va quand même faire preuve d’un comportement quelque peu suicidaire, mais en accord avec sa profession, ayant blessé sa détentrice, mais devant ensuite négocier pour lui sauver l’existence. D’une certaine façon, elle a autant empiré sa situation que Stahl ne l’a fait, à l’extérieur, bien que toujours prête à blâmer quelqu’un d’autre (on ne la refait pas !). Différentes collaborations ont émergé, à commencer par Stahl venant mettre son grain de sel dans le kidnapping de Tara et Margaret, face à Tig et Kozik qui sont dans une impasse financière. Le Chief Unser en profite aussi pour entamer un rapprochement justifié avec les Sons, né d’un grand sentiment d’exacerbation poussé par un Hale qui croit apparemment pouvoir continuellement obtenir ce qu’il veut. Autant dire que les collaborations avec les quelques membres du club pour sauver Tara se montrent moins conflictuelles qu’on n’aurait pu le supposer, Salazar gardant à l’évidence le meilleur pour la fin… pour les deux prochains épisodes.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire