Samcro débusque les traitres qui informent Jimmy, alors que Salazar contacte le club pour leur faire part de ses demandes.

La fin de saison approche, et la fin du séjour à Belfast encore plus. Mais, Samcro n’est pas encore reparti d’Irlande, même si pour la première fois depuis leur arrivée, Jax va finalement apprendre où se trouve son fils.

« Firinne » est un épisode qui fait pas mal avancer le schmilblick, ou en tout cas, il résout un certain nombre de points, désamorce quelques bombes et fournit des explications. Avoir tout cela fait du bien, surtout qu’on a une première partie agitée, avec des règlements de compte en bonne et due forme. Il faut admettre que Jimmy semble de moins en moins occuper une place majeure dans ce bourbier, mais cela n’enlève rien à sa très courte confrontation avec Jax, bien qu’il aurait été plaisant qu’elle dure plus longtemps.

Enfin, il s’agit surtout de mettre un terme aux différents enjeux posés à Belfast, qu’il s’agisse de régler leur compte à ceux qui ont trahi le club ou à révéler quelques secrets familiaux. Appartenir aux Sons est un engagement de taille, et agir contre eux, c’est prendre plus que des risques, et c’est ce que O’Neill et McGee illustrent. Un point qui n’avait pas été exploité depuis quelque temps, et qui nous rappelle la façon dont ils font le « ménage ». Dans le cas de McGee, c’est légèrement plus ambigu, voire poétique, au vu de sa chute et de l’ambiance, dû à ce qu’il représente, sa perte étant plus difficile, mais selon les règles, obligatoires.

Après avoir mis un terme à ce jeu de chat et de souris, le rythme de l’épisode se calme, pour mieux passer de Belfast à Charming, où Tig, Kozik et Piney apprennent que Salazar détient Tara. Voilà une opportunité pour développer Margaret et fournir un sursit au bébé que porte Tara. C’est aussi une nouvelle possibilité de jouer avec la relation entretenue avec les Mayans, bien que la réaction d’Alvarez quand il reçoit leur visite ne soit pas complètement logique. Qu’il soit menaçant vu qu’on est chez lui parait sensé, mais il semble aussi passer complètement à côté du fait qu’on leur a demandé de le tuer, et qu’ils ont opté pour une autre solution – ce qui est quand même mieux pour lui. Certes, sa mort aurait provoqué une guerre, mais rien ne parait être fait pour pointer du doigt la façon dont Samcro tente de gérer le problème. Ils ne sont pas complètement sortis de l’auberge, mais la situation a le mérite de progresser vite.

Une sensation qui nait aussi du fait qu’on passe peu de temps à Charming, ayant quelques bombes à Belfast à désarmer, à commencer par la révélation pour Trinity que son papa n’est autre que John Teller, juste à temps avant qu’elle ne commette l’irréparable avec Jax. Finalement, cela aura été des scènes de tensions peu inspirées trouvant enfin une conclusion loin d’être explosives ici. C’est rapidement éclipsé par Father Ashby dévoilant son jeu à Jax, lui apprenant où se trouvent son fils et ce qui l’a animé pendant tout ce temps. John Teller est encore une fois le responsable, plaçant des années plus tard son propre fils dans une position compliquée et douloureuse.

Ce nouvel épisode de Sons of Anarchy déblaie clairement le terrain avant que Samcro ne quitte définitivement Belfast. Cela nous offre une première partie mouvementée, et une seconde jouant plus sur les relations, avec plus ou moins d’intensité. L’ensemble se montre assez solide, malgré quelques faiblesses dans certaines mises en scène et résolutions (ou explications) manquant de poids.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire