Samcro arrive à Belfast, et se trouve rapidement à devoir gérer une crise. À Charming, Tara paie la caution de Tig, qui reçoit une mauvaise nouvelle et doit s’occuper des problèmes du coin.

Les Sons sont en Irlande, à Belfast, et pour fêter ce voyage international, nous avons le droit à un épisode plus long et des airs celtiques venant se glisser jusque dans le générique.

Le premier constat qui s’impose est que c’est business as usual, que l’on soit dans un pays étranger ou à Charming. Pour le coup, si un peu de musique irlandaise participe à créer l’ambiance, l’épisode ne se démarque pas particulièrement sur ce plan-là, continuant au contraire sur la lignée de la saison. On aurait pu croire que dès leur arrivée à Belfast, l’histoire prendrait un tournant majeur, aidé par les minutes supplémentaires de l’épisode, mais ce n’est pas du tout le cas. Sur ce plan-là, je dois bien l’admettre, c’est quelque peu la déception.

Une fois passé ce fait, « Lochan Mor » n’en reste pas moins intéressant, jonglant entre ses deux villes pour fournir la dose de développements et d’enjeux nécessaires pour faire évoluer tout le monde. Si la majorité des membres sont à Belfast, Charming – avec Tig et Kozik – n’est pas en reste. Il y a en tout cas une évidence qui s’impose : où qu’on soit, nous avons des secrets et des non-dits.

À Belfast, Gemma Teller et Maureen Ashby ont un face à face plein de sous-entendus, mais qui est avare en révélations. Les secrets familiaux devront forcément exploser à la figure de quelqu’un, et de Jax en particulier, surtout que Trinity fait plus que dévorer du regard Jax, et qu’il serait plus que judicieux d’éviter de les laisser aller trop loin. L’épisode joue quelque peu avec cette idée en tout cas.

Enfin, ils ne sont pas venus en Irlande pour juste boire et se cogner dessus, mais pour retrouver Abel, outil du Father Ashby, décidé à utiliser les Sons pour que ces derniers fassent la sale besogne. C’est ce qui est donc en préparation, si ce n’est qu’il prend largement son temps avant de venir à la rencontre de Jax, assurément pour faire aussi mijoter Jimmy O. dont le plan a échoué. À ce stade, il parait pourtant plus judicieux d’avoir confiance en Jimmy, les mots sortant de la bouche de Father Ashby paraissant majoritairement mensonger, cherchant définitivement à pousser Jax à éliminer l’adversaire – lui donnant trop de bonnes raisons pour que cela soit honnête.  Au vu de ce qu’on sait de Jimmy, il parait y avoir forte exagération.

Enfin, si à Belfast, il faut prendre son mal en patience, à Charming, le quotidien se poursuit, avec Tig s’étant vu retirer sa licence, ce qui risque de devenir un véritable obstacle dans la suite. En attendant, Kozik est là, et il est bien décidé à continuer à faire ressortir tous les griefs de Tig contre sa personne – même si cela revient à se prendre plus d’un poing dans la figure. Le problème en tout cas concerne clairement une femme, mais celui-ci remontant à 8 ans, et au vu du comportement de Kozik, il n’est peut-être pas si insoluble que Tig veut bien nous le laisser croire. En tout cas, il y a pour les deux hommes plus de possibilités de résolutions que pour Tara, qui va se voir expliciter ses doutes et angoisses vis-à-vis de son futur par sa supérieure, décidément fort clairvoyante. Pour amplifier les interrogations de la médecin, Lyla se présente, enceinte, et avec la volonté d’avorter – ayant déjà développé une réflexion logique la conduisant à cette décision. C’est une pirouette un peu trop facile pour pousser Tara à agir, ou simplement à réagir, même si voir Lyla être exploitée sous un angle différent est quelque peu rafraichissant ; elle mériterait juste de ne pas servir de faire-valoir.

L’éloignement des Sons est aussi le moment opportun pour Jacob Hale Jr. de tenter d’agir, et cherche à le faire par l’intermédiaire de Darby. Toujours déterminé à racheter le club de boxe, c’est comme le début d’une guerre de territoire qui parait se mettre en place, Hale Jr. finissant par se tourner vers Hector Salazar pour faire le sale boulot que refuse de faire Darby. Le tout s’installe quand même en place grâce à une petite facilité scénariste, Tig décidant de laisser sur place un petit jeune, une décision qui apparaît douteuse au moment même où elle est prise.

Si cet épisode de Sons of Anarchy est donc plus long que d’habitude, ces quelques minutes supplémentaires ne se ressentent pas, mais ne se montrent pas non plus indispensables, Lachor Man ne se révélant pas être l’épisode majeur qu’on pouvait s’attendre qu’il soit. Divisé entre Belfast et Charming, il installe un climat particulier dans la première et développe quelques enjeux de taille dans la seconde – qui exploseront sûrement au retour.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire