Avant de s’envoler pour Belfast, Samcro doit régler un problème touchant les Grim Bastards et mettant en péril les arrangements passés avec les Mayans.

Tout ou presque est là pour que Samcro s’en aille à Belfast, mais il est assez évident que cet évènement majeur n’arrivera qu’à la fin de l’épisode. Avant donc d’affronter les Irlandais, il y a quelques conflits à régler, et ces derniers sont à la fois personnels et professionnels.

Les femmes alimentent sans trop de difficulté les rapports humains, à commencer par Tara se voyant virtuellement gifler en pleine figure par Jax lui ayant préféré l’actrice porno. Une situation qui déplait fortement à Opie, faisant une nouvelle fois ressurgir les frustrations l’animant au sujet du travail de sa bien-aimée. Il n’y a pas de raison qu’il n’y ait que Jax à tourner en rond quand il s’agit d’amour, la relation entre Opie et Lyla se montrant aussi fort répétitive.

Pour le coup, Tara a compris le message, mais la jeune femme occupe une véritable place dans la famille, ne serait-ce que par sa relation avec Gemma. Ensemble, elles sont tout bonnement incroyables, dans leurs échanges et leurs actions. Le sujet du bébé reste à l’heure actuelle sous silence, Tara en ayant fait un problème personnel qui ne regarde aucunement Jax, à l’image de la façon dont ce dernier a voulu la séparer de son univers. Il risque d’apparaître assez rapidement que c’est indissociable, et il y a fort à parier que le danger vienne frapper à la porte de Tara quand Jax ne sera pas là, celui-ci s’étant fait un ennemi sans véritablement mesurer que c’était ce qui venait de se passer.

En attendant, Gemma nous lâche un « Secret babies are a bad idea » qui ne fait pas que référence à la situation de Tara, mais aussi à l’Irlande et à Maureen Ashby. Jax se dirige donc droit vers les secrets de son père, ceux qui nous sont évoqués depuis un moment et promettent d’être explosifs. La petite révélation non explicite autour de la fille de Maureen ne laisse rien présager de bon, car il se trouve que les histoires de bébés étaient sûrement les premières à traverser l’esprit. Qu’est ce que Gemma veut dissimuler à son fils au sujet de Belfast et son père ?  La question ne risque pas de rester sans réponse, et il y a fort à parier que l’impact soit énorme. Quoi qu’il en soit, la discussion avec Maureen Ashby pousse Gemma Teller à vouloir faire un voyage en Irlande, nous livrant une fin d’épisode rythmé et multipliant les merveilleuses interactions avec Gemma, Tara et sa chef. Si occasionnellement, la crédibilité de la supérieure est mise en péril, le charisme de cette femme parait tout éclipser, épaulé par une détermination à toute épreuve.

Les femmes de Sons of Anarchy nous feraient donc aisément oublier les hommes, qui ont au final bien peu d’influence sur ces dernières, comme le souligne Tig au sujet de Gemma à la fin. Surtout que sur ce plan, l’épisode joue sur des rouages forts familiers, là pour raviver les colères et mettre la paix avec les Mayans en péril, suite à la mort d’un Grim Bastards. Même opposition, même dynamique, pour un résultat quasi similaire. Seul l’ennemi que se fait Jax vient contrebalancer par rapport à ce qu’on a déjà vu. En attendant, les relations sont maintenues et tout le monde travaille dans ce sens, les arrangements entre Mayans et Sons étant au goût de Clay et d’Alvarez.

Cette « paix » n’est assurément pas à l’image de la relation en détérioration du club avec Wayne Unser, divisé entre son devoir civique et ses amitiés. Difficile de ne pas être pris de sympathie pour lui, et ses décisions sont en tout cas aisément justifiables. Dans ce cas précis aussi, il y a des chances que son changement quelque peu forcé de position prenne une ampleur plus importante sur l’histoire plus tard.

Pour terminer, cet épisode de Sons of Anarchy débute en douceur, en jouant sur les rouages trop classiques de la série. C’est juste le temps que l’épisode ne prenne son envol, en plaçant les éléments de danger – à Charming comme à Belfast – et en s’affirmant fortement en jouant sur les secrets de ses protagonistes. Le séjour irlandais s’annonce plus que prometteur et mouvementé.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire