Désormais sans partenaires, Lydia et Chikie doivent trouver un nouvel équilibre professionnel. Ben avance dans sa formation, mais cela ne rend pas le job plus aisé. Sammy et Nate rejoignent une équipe spéciale dont le travail est de faire tomber un gros joueur dans le milieu de la drogue.

Annulée par NBC, récupérée par la chaine câblée TNT, Southland n’aura le droit, pour sa saison 2, qu’à 6 épisodes… Et c’est un gros problème.

Non pas que la série n’aurait pas pu s’en sortir avec une seconde saison de petite taille, au contraire, mais ici, il s’agit d’une interruption involontaire de la part des scénaristes, ce qui va se révéler assez dérangeant au niveau de la construction et de l’évolution des histoires qui nous sont racontées.

En fait, nous allons assister à des tâtonnements de début de saison, à des mises en place qui n’auront pas le temps d’aboutir et à une gestion des personnages qui semble plus aléatoire qu’autre chose. Normal, tout aurait dû avoir le temps d’être juste plus approfondi.

Enfin, tout ceci n’excuse pas quelques maladresses, en particulier avec Lydia qui débute en étant sans partenaire. On va lui en attribuer un joué par Amaury Nolasco. Entre les deux détectives, ça ne passe pas très bien, mais c’est le type de relation qui se met doucement en place. Trois épisodes et tout le monde commence à prendre ses marques. Malheureusement, sans prévenir, Nolasco disparaît, remplacé par Clifton Collins Jr. Explication ? Pas le temps pour ça.

Ceci étant, il ne faut pas généraliser, la saison, aussi courte qu’elle peut l’être, n’est pas une suite de twists invraisemblables. Southland conserve son style, son ambiance, allège même un peu la partie personnelle pour régulièrement lui préférer la professionnelle. Question intrigues policières, on aura le droit à du classique, mais l’accent étant mis sur les réactions des policiers plutôt que sur l’intervention, la série ne perd pas son cap.

Celui qui s’en sort le mieux reste Ben Sherman. Malgré le fait que l’on ait ici un ensemble show, Ben a toujours été plus mis en avant, ce qui lui a permis de rapidement devenir le personnage le plus intéressant et auquel on peut s’attacher. Sa position de rookie nous offrait la possibilité de découvrir les premières fois d’un policier, que ce soit erreurs ou succès, et cela reste inchangé. Ce qui évolue, c’est sa confiance en lui, mais là encore, on ne peut pas vraiment en dire plus.

Parmi les principales storylines, nous en avons une qui implique Sammy et Nate. Une grosse affaire de gangsters qui aura une fin bâclée, mais qui donne l’occasion aux personnages de surmonter quelques obstacles et de sortir des simples histoires de gangs.

À côté de ça, il n’y a pas vraiment la place pour grand-chose. Chickie rencontre des problèmes suite à l’affaire de son coéquipier, et cela ne se résout pas vraiment avant la dernière image de la saison, ce qui ne permet pas de réellement apprécier ce qu’elle pouvait en retirer. Sammy et ses soucis conjugaux ne feront que se répéter, un peu comme pour Nate. Le personnage aura quand même le droit à une histoire qui lui offre l’opportunité de se révéler sous un autre jour, et c’est plus que la majorité.

Bref, cette seconde saison de Southland possède ses bons moments, fait quelques faux pas, et n’arrive pas à être plus qu’une ébauche. Son intérêt est alors mitigé, même si on peut lui reconnaître des qualités et des idées intéressantes.