Spartacus - The Thing in the Pit (1.04)

Après sa défaite dans l’arène face à Crixus, Spartacus est forcé d’aller se battre dans la fosse de l’underground. Batiatus espère ainsi gagner suffisamment pour rembourser ses dettes.

La vie de Batiatus ne fait qu’empirer avec Spartacus à ses côtés et l’on comprend assez facilement que Lucretia préfèrerait le voir mort, mais cela ne va pas arriver tout de suite.

À la suite des derniers évènements, Spartacus n’est plus bon à grand-chose. La foule ne le supportant plus, il va devoir regagner ses faveurs dans The Pit of the Underground, un lieu où les combats sont bestiaux et où la mort est assurée. Ce n’est pas pour les véritables gladiateurs, ce qui met Spartacus en disgrâce vis-à-vis de ses camarades combattants du Ludus.

L’idée de l’épisode est donc de montrer Spartacus sombrer petit à petit dans la folie de l’univers dans lequel il est forcé de ce battre. Une condition qui permet de ramener les visions de Sura, celle-ci l’encourageant à survivre. Tout cela se révèlera moyennement exploité. Tout d’abord, Andy Whitfield s’améliore, mais n’a pas encore le talent pour ce type de performance. Ensuite, la façon dont c’est mis en image est vraiment trop répétitive et se repose justement trop sur l’interprète.

Pour compenser, il faut reconnaitre qu’au niveau des combats, nous avons droit à quelque chose d’un peu plus impressionnant, même si cela tourne souvent court. Le dernier était d’ailleurs très prometteur, mais en se croisant avec une seconde storyline, on ne s’attarde pas dessus et il perd une bonne partie de son potentiel de départ.

Car oui, il n’y a pas que des combats dans cet épisode. Nous avons également l’intrigue romantique entre Crixus et Naevia qui s’étoffe un peu, mais n’offre pour le moment pas grand intérêt, mais vu qu’elle est assez secondaire, cela n’est pas réellement dérangeant. Celle qui est, par contre, bien plus dominante, est celle des problèmes financiers de Batiatius. On va d’ailleurs finir par se demander comment il fait pour se nourrir tellement il semble dans l’impossibilité de collecter le moindre sou et de le garder – grâce à Spartacus. Même quand le gladiateur veut l’aider à gagner de l’argent, il lui en fait perdre encore plus. Au niveau où on est, il serait surprenant que Batiatius ne ferme pas boutique d’ici peu. C’est donc un problème qu’il va devoir résoudre rapidement, pour son bien et celui de l’histoire en générale, car cela commence un peu à stagner et il serait intéressant d’offrir aux personnages de directions un peu plus variées.

Quoi qu’il en soit, à ce point, la série semble avoir trouvé un bon rythme et un niveau convenable, certainement parce que l’on sait désormais quoi attendre. Il y a toujours un potentiel à exploiter qui est bien concret, mais reste à voir s’il le sera prochainement.