Stargate Atlantis – Trio (4.16)
McKay, Carter et Keller partent en mission sur une autre planète pour convaincre les habitants de déménager, car il y a trop de risques pour eux à rester là où ils sont, à cause des mines sur lesquelles ils vivent. Sur le trajet, Rodney tombe dans une salle souterraine après que le sol se soit dérobé sous ses pieds. En tentant de l’en sortir, se amies le rejoignent.

Il y a certains épisodes qui sentent le remplissage un peu trop fort. C’est le cas cette semaine avec une histoire dont la finalité n’est pas franchement discutable. En gros, ils vont sortir, mais il faut combler les 35-40minutes où ils restent dans le trou. Au lieu d’attendre gentiment que l’on vienne les chercher -ce qui n’aurait pas été suffisant pour faire un épisode – on nous monte une histoire d’instabilité de la pièce. Ils doivent donc sortir. À chaque tentative, on sait que l’échec est proche – question de timing. On a donc vite fait le tour.

Alors, pourquoi McKay, Carter et Keller ensemble dans le trou ? Simple, histoire de gagner du temps pendant que les autres acteurs tournaient un autre épisode, et vu que Sheppard était pris, il restait Rodney… Logique. La présence de Carter devient presque surprenante vu son inutilité dans la série. Il faut dire que tout est fait, involontairement, pour nous faire regretter encore plus le départ d’Elizabeth. Ce coup-ci, l’expérience de Sam va servir… à lancer un crochet. Ce n’est pas grand-chose, mais au moins elle se souvient qu’à une époque elle ne servait pas qu’à meubler. McKay, et bien, c’est McKay. Toujours à se plaindre, et jamais vraiment en phase avec les autres.

Il nous reste Jennifer. Le seul personnage un peu rafraichissant de cette saison. Sa personnalité et son côté « en dehors » de la routine Stargate nous donnent de bonnes situations et des dialogues plutôt inédits dans la série. C’est un peu madame tout le monde qui se mêle aux sauveurs du monde complètement blasés et qui ne pense que stratégie. Avec Rodney ils font la paire. Partageant les mêmes « handicapes », laissant Sam comme seule véritable personne compétente dans la place. À force de la faire chuter de toutes les hauteurs possibles, on se doutait qu’elle allait finir blessée, laissant les deux autres se surpasser et sauver la situation. C’est assez banal et trop prévisible, ce qui diminue l’impact des actions.

Bref, le point fort de l’épisode est donc la relation entre les personnages, surtout vis-à-vis de Jennifer. Le reste est prévisible, amputé de tout suspens réel, et légèrement ennuyeux.