L’équipe d’Atlantis enquête sur un vaisseau ruche Wraith qui a été infecté par une étrange maladie.

Durant les cinq saisons de la série, je me suis posé de multiples questions sur les vaisseaux Wraiths. Pourquoi ne s’est-on pas intéressé à eux plus régulièrement ? À cause de cela, la plupart de mes interrogations se tournaient vers le plan de ces vaisseaux, soi-disant remplis de Wraiths, mais c’était un peu comme être sur un vaisseau Goa’uld. On peut quand même traverser les couloirs sans croiser l’ennemi à tous les carrefours.

Les vaisseaux Wraiths sont donc organiques, et l’intrigue de l’épisode va leur offrir une place intéressante, à côté de ce brave Todd, qui a perdu beaucoup de son intérêt à mes yeux, mais avec un peu de chance, pas pour vous.

Nous allons donc sur un vaisseau, avec l’équipe de Sheppard, celle de Lorne, et une autre. Ceux destinés à mourir ne s’en sortiront pas si mal cette fois-ci, cela veut dire que certains reviendront vivants de cette mission. L’avantage d’être avec Lorne, c’est que son équipe n’est pas tuée à chaque fois.

Le ‘vaccin’ de Keller n’a pas eu les effets escomptés : il fonctionne, mais avec, entraine une maladie pour les Wraiths qui l’ont inoculé. Autant dire que pour eux, ce n’est pas banco. L’éternel problème dans les storylines contre l’ennemi d’Atlantis est le code moral : Ronon n’a aucune difficulté à réaliser un génocide en bonne et dûe forme, histoire de régler la question Wraiths, mais tout le monde ne partage pas son opinion. Alors, sur Atlantis, on évite de trop s’arrêter sur la question, qui aurait dû être résolu il y a plusieurs saisons, et on va tenter de découvrir ce qui cloche (au moins, d’un point de vue scientifique, c’est logique). Seulement, sur place, le vaisseau va déconner, jusqu’à tomber en morceaux. Pour s’en sortir, un seul moyen : réveiller ce brave Todd, endormi, comme le reste de son équipe, pour éviter la mort, en espérant ainsi que Keller trouve une solution médicale.

Le suspense est assez bien maintenu, nous avons des soldats Wraiths prêt à mordre quand il se réveille pour mettre de l’action, un Rodney quelque peu impuissant face au problème, et Jennifer qui essaie de gérer la responsabilité qui lui incombe. Le Dr. Keller est l’un des rares protagonistes de l’univers à ne pas être blasé, à ne pas rester impassible face aux évènements, et à conserver un regard encore neuf et sensible sur ce qui arrive. Si tuer Carson était une très mauvaise idée, Jennifer restera, à l’inverse, l’une des meilleures.

On nous sert un épisode assez classique dans la série, qui manque légèrement de panache. Il possède les ingrédients de base de la série (Wraiths, course dans les couloirs, un peu de baston, et un peu de problèmes scientifiques), et les utilise sans trop d’excès.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire