Le Dr. Beckett se trouve sur un monde où on était accueilli les survivants d’un fléau. Juste après l’arrivée de Sheppard et son équipe, une attaque Wraith survient, mais ce n’est pas la seule menace à l’horizon, le peuple d’accueil est prêt à marchander pour sa survie.

Carson Beckett était retourné sur Terre la dernière fois qu’on l’a vu, et apparemment, il n’y est pas resté, il est parti travaillé sur un autre monde. Tout seul, comme un grand. Heureusement pour lui, avant l’attaque Wraith, Sheppard et son équipe viennent lui rendre visite. Le pauvre Carson, comment aurait-il fait autrement ?

Il y a bien longtemps que les Wraiths ne sont plus des ennemis redoutables, ils ont perdu de leur charisme très vite, et n’ont jamais eu autant d’envergure que les Go’auld, sûrement car il n’y avait pas de moyens d’en sortir un encore plus fort que le précédent. Le virus de Michael, qui tue les Wraiths à l’alimentation, est au cœur du conflit, mais vu les dialogues peu recherchés, ce n’est pas de leur côté qu’on trouvera le réel potentiel de cet épisode. Ils ne sont bons qu’à mettre un peu d’action, qu’on puisse vider des chargeurs sur eux, et on ne va pas s’en plaindre à partir du moment où c’est bien.

Ici, on a un peuple d’accueil et des rescapés, le tout avec un conflit, pour une histoire de survie. Entre ceux qui jugent qu’il faut condamner les responsables, passer accord avec les Wraiths et ceux qui s’y opposent, considérant que les nouveaux arrivants n’y sont pour rien de leur situation et qu’ils font maintenant par entière du peuple, nous voici donc avec des conflits d’intérêts qui donnent réellement de l’intérêt à l’épisode. C’est quelque chose que l’on peut reconnaître à cette série, c’est que quand elle en prend le temps, elle donne jour à des peuples un peu travaillés, surtout dans leur mentalité, ne jouant pas la carte du bon ou du mauvais, mais où il y a divergence d’opinions. Alors bien sûr, on peut se dire qu’il est question de sauver la veuve et l’orphelin, mais on ne peut pas reprocher à quelqu’un de vouloir sauver sa peau.  Le problème va être résolu d’une façon très Sheppard, qui nous a déjà démontré sa capacité à éliminer sans trop de problèmes.

À côté, forcément, on n’y coupe pas, Beckett est fait prisonnier, avec Rodney. Il faut au moins avoir McKay si on veut être sûr de repartir. Il ya  d’ailleurs une nouvelle scène très second degré où Beckett questionne son ami sur les façons d’évasion déjà employée. Ce type de conversations se fait bien plus présent cette saison, prouvant que certains scénaristes ont bien conscience des aberrations de la série.

Il y a un petit aspect trop routinier avec les Wraiths, mais dans son ensemble, l’épisode réussit à divertir, et possède quelques bonnes idées non négligeables.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire