Destiny est de nouveau attaqué par des drones alors qu’il essaie de se recharger. À court de solution, Eli a une idée extrême qui devrait résoudre pour le problème, mais qui demande une évacuation presque totale du vaisseau.

Arrivé à ce stade de la série, sachant qu’elle s’achève avec le prochain épisode, il est peut-être vain de noter que les drones sont devenus une véritable commodité scénaristique. Les aliens bleus avaient le mérite de posséder une dose de mystère, alors que ces vaisseaux n’ont même pas l’opportunité de pouvoir dépasser le niveau de menace automatique avec un arrière-gout de déjà trop vu.

Quoi qu’il en soit, ces machines sont tellement avancées qu’elles élaborent des stratégies assez poussées, connaissant leur cible sur le bout des doigts. Heureusement, le hasard a fait que l’équipage du Destiny a eu un décalage dans leur planning de route et cela leur donne une chance de s’en sortir, mais pour combien de temps ?

L’idée du jour est que le vaisseau arrive au bout de son carburant et que les stations-services sont boycottées par l’ennemi. Que faire ? Règle numéro 1 de tout combat face à un opposant régi par la logique : faire l’imprévisible. C’est Eli qui va donc trouver la solution la plus improbable qui soit, mais également la plus dangereuse. Cela dit, il est indispensable et Rush aussi, il faut dès lors créer un peu de suspens et Docteur Park se joint à l’aventure pour devenir le dommage collatéral. Une manœuvre intelligente, car malgré le fait qu’elle soit secondaire, Lisa Park est un personnage plus attachant que la majorité des premiers rôles de la série.

Nous avons donc un trio qui se lance dans une mission à haut risque tandis que le reste de l’équipage fait du shopping sur la planète la plus proche. Tout serait parfait si le hasard n’avait pas également déposé des drones sur cet astre aujourd’hui abandonné par toute civilisation.

Si on passe les ficelles trop visibles du scénario, on peut reconnaitre que les drones sont efficaces pour créer du suspens. Les deux parties de l’histoire arrivent à entretenir l’impression réelle de danger et l’action qui en ressort est bien dosée. Il faut dire que Blockade est pratiquement dépouillé au niveau du développement émotionnel, tirant profit de la conjoncture en place pour jouer uniquement sur la partie survie qui motive les personnages.

D’ailleurs, question motivations, dernièrement, Rush apparait de plus en plus souvent prêt à réévaluer les priorités pour considérer l’élément humain. Il est également plus humble, mais trop discret. Heureusement, même mis au second plan, il reste une force concrète de la série.

Donc, malgré un point de départ légèrement poussif, cet épisode parvient à être captivant, s’appuyant sur un rythme qui ne baisse pas vraiment, et sur des protagonistes qui ont arrêté de discuter le bout de gras pour accepter de suivre une seule et même direction. Le résultat est simple, mais réellement efficace.