Eli et Rush trouvent le moyen de détecter les drones et réalisent qu’ils sont partout sur leur route. Face à l’impossibilité de poursuivre la route, Eli propose une solution qui est risquée, mais qui leur permettra de survivre.

Le Destiny arrive au bout de son voyage. Enfin, SyFy a pris la décision et les passagers du vaisseau n’ont donc pas d’autre choix que de faire leurs valises et de tout bien ranger avant de quitter les lieux et de rendre les clés.

Étrangement, la décision a été prise après la fin du tournage, mais ce series finale est clairement une métaphore qui est là pour nous dire : on se met au frais pour le moment, mais on va revenir dans quelques années. Certes, c’est le hasard qui fait que l’on est poussé à lire l’épisode de cette manière, mais ça offre à cette fin de série un sentiment de semi-conclusion qui est bienvenu.

Donc, au sens propre du terme, il n’y a pas de réel cliffhanger. C’est une bonne chose – difficile de dire le contraire.

L’intrigue est simple. Les drones sont partout et le Destiny n’est pas assez en forme pour supporter autant d’attaques. Eli arrive avec une solution qui consiste à mettre tout le monde en stase dans les compartiments récemment découverts et d’envoyer le vaisseau en ligne droite, direction la prochaine galaxie (là où il ne devrait pas y avoir de drones). Au programme, trois années de sommeil, si tout se déroule comme prévu.

Il est donc juste question de suivre l’équipage se préparer pendant que chaque nouvel obstacle est surmonté par une idée de génie venant d’Eli ou de Rush. Combien peuvent-ils en avoir par épisode ? Suffisamment, mais quand ils sont à court, Park est là pour leur en fournir une autre.

Concrètement, c’est un classique enchainement de problèmes/solution et d’évaluation de risques qui se concluent par Young prenant la bonne décision. C’est fluide, car la mécanique ne pourrait pas être mieux huilée à ce stade. La série a ses routines et les use ici jusqu’au bout. Cela dit, si à d’autres moments, on aurait qualifié tout ceci de facilités scénaristiques agaçantes, dans le cas présent, avec la fin à l’horizon, il n’y a pas de raison de se plaindre si on obtient une conclusion.

Gauntlet n’est donc pas un épisode qui a pour but de nous surprendre, au contraire. D’un bout à l’autre, Young est fatigué et ne demande qu’une chose, qu’on le laisse aller se coucher, et il semble que cela reflète parfaitement l’état dans lequel les scénaristes se trouvaient en écrivant l’épisode. Ils voulaient tranquillement tout boucler pour pouvoir aller se reposer sans stresser sur ce qu’ils pouvaient avoir oublié.

Cette fin de série sera en tout cas parvenue à ne pas s’achever sur une scène énervante, car sans suite possible, le pire était à prévoir. On nous offre donc une douce mélancolie et de longs au revoir qui clôturent Stargate Universe de façon presque impeccable étant donné les circonstances. Elle aura déçu plus d’une fois durant les deux saisons qui composent sa courte existence, mais au moins, elle a le mérite de partir la tête haute.

La porte des étoiles se referme et peut-être qu’elle se rouvrira dans quelques années. En attendant, c’est ici que l’on dit au revoir à la franchise Stargate, pour le moment.