Le Dr. Rush met sa vie en danger dans le but de prendre le contrôle du Destiny. Pendant ce temps, Lt. Scott, Eli, Chloe et Greer explorent des ruines souterraines sur une planète.

Le passage d’un membre de la franchise Stargate est un bon procédé pour créer une attente, et dans mon cas, encore plus s’il s’agit de Daniel Jackson. J’en profite pour dire que je rêve de voir McKay venir leur faire une leçon, mais ce n’est pas le propos aujourd’hui.

J’étais donc légèrement plus intéressée par l’épisode, dû à la présence de Daniel, aidé par le fait qu’il s’agit d’un épisode centré sur Rush. Je n’avais pas non plus placé la barre très haute, gardant bien en mémoire qu’à l’exception des premiers épisodes, Stargate Universe a trop peu de fois remplie mes attentes.

Human se révèle être un épisode d’assez bonnes factures, malgré les défauts évidents – ceux de la série en règle générale. Il va surtout posséder des idées intéressantes qui ne vont pas toujours trouver des exploitations solides, mais qui fourniront à l’épisode suffisamment d’enjeux pour que ce dernier maintienne l’attention.

Dès le départ, c’est avec Rush que l’on se trouve, et nous allons faire connaissance avec sa femme, incarnée par Louise Lombard. La particularité est que ce que nous allons vivre ne sont pas des flashbacks à proprement parler. Rush est décidé à prendre le contrôle total du Destiny, de façon à ne plus être victime de ses arrêts et ses sauts incontrôlés et pour ce faire, il s’est placé sur la chaise ancienne, et s’est relié à l’ordinateur de contrôle. La connexion entre le cerveau de Rush et le Destiny passe via des souvenirs, ceux liés à la mort de sa femme.

C’est à cette période que Daniel Jackson – qui est au final peu présent – est venu lui parler du projet Stargate. Si ce n’est que nous n’assistons pas à cela, mais à des scènes où Rush a totalement conscience de ce qui va se passer. Ainsi, il ne revit pas les évènements, mais il est bien présent. Il passe son temps à chercher à percer le mystère autour du 9e chevron, ce qu’il faisait donc au moment où sa femme vivait ses derniers instants. Son obsession pour le travail prend donc un sens différent, car son échec – le problème allant être résolu par Eli – n’a clairement pas la même signification qu’avant. Ce n’est plus une histoire d’égo, mais de sacrifice. Son absence non assumée auprès de sa femme ne l’a mené à rien, si ce n’est à être pessimiste et exécrable.

Le personnage de Rush réussit donc à gagner en profondeur et en complexité, l’épisode offrant enfin la possibilité d’offrir au scientifique une introspection non négligeable pour réussir à aller au-delà du rôle qui lui a été confié depuis quasiment les débuts, soit tenter de comprendre le Destiny en piquant quelques crises de nerfs, mais en ayant forcément raison.

Le défaut principal de Stargate Universe à l’heure actuelle est clairement sa volonté d’intellectualiser trop ce qui s’y passe, et cela s’exprime clairement dans des scènes à portée plus visuelle et c’est sûrement là que l’on trouve les plus grandes faiblesses de l’épisode. Les acteurs réussissent à véhiculer de l’émotion, avant tout car ils sont réellement talentueux, mais les procédés sont un peu trop prétentieux pour que cela fonctionne complètement.

Même si l’histoire aurait pu très bien se contenter de n’être axé que sur Rush, le Destiny va s’arrêter pour offrir l’opportunité de faire un tour sur une planète possédant des ruines. Une partie qui aurait pu très bien occuper un épisode pour tout dire, surtout que Chloé et Eli se révèlent être des atouts, ayant une véritable envie d’exploration (assez proche de la mienne) faisant écho à du bon vieux Stargate. Le fait qu’ils finissent par se retrouver bloqués fait encore plus ressentir cet aspect.

Quoi qu’il en soit, cela sert avant tout à placer un suspense différent et à mettre en danger quelques protagonistes par la seule technique qui existe à l’heure actuelle dans la série : être coincé sur une planète.

Ce n’est pas un cliffhanger extrêmement efficace, mais il a le mérite d’aiguiser la curiosité sur la façon dont il va être résolu.