Un des moteurs a surchargé et explosé. Ce dérèglement inexpliqué doit alors être réparé pour que l’équipage puisse survivre.

Cet épisode porte très bien son titre, car cela ressemble assez bien à un sabotage. Alors que la série venait d’emprunter une nouvelle direction – qualitativement plus satisfaisante –, nous assistons à la quasi-destruction de tout ce qui a été construit pour en revenir à une situation similaire à ce que les personnages traversaient en début de saison.

Eli, Chloe et Scott étaient donc bloqués sur une planète, mais il semble que cela était purement temporaire. Le problème sera résolu en deux secondes, et nous ne reviendrons pas dessus. Cette histoire aurait mérité d’être traitée en profondeur, c’est presque insultant au vu de l’investissement émotionnel qui nous a été demandé avant de la voir être à peine abordée. Cela détruit tout ce qui a été développé autour de cette intrigue, et franchement, c’est un gâchis complet.

Au lieu de cela, nous allons avoir le droit à un problème technique. Celui-ci prendra de la valeur quand James va réellement se rendre compte de son implication – lié aux aliens – dans cette histoire, mais avant d’en arriver là, nous allons avoir le droit à des développements quelque peu soporifiques.

C’est simple, l’épisode joue avec des rouages propres à la série, ceux-là mêmes qui empêchent Universe de décoller et de progresser. C’est donc le retour des pierres de communications, du temps qui passe sur fond de musique, et des discussions émotionnelles dont on se passerait bien. Certes, cela montre la solidité relationnelle qui existe entre Camille et sa petite amie, mais il y avait sûrement un meilleur moyen d’aborder cette question. On peut dire de même pour le développement fait autour de Rush et de la brillante Amanda Perry, mais je n’ai pas du tout accroché à cette partie.

L’histoire permet aussi de mettre en scène des personnages secondaires qui furent largement laissés de côté depuis la reprise, mais ce n’est pas vraiment en leur faveur que cela se joue, ces derniers étant plus des pantins aux services des intérêts scénaristiques.

Car, en réalité, ce qui frappe au visionnage, c’est la volonté de faire presque table rase de ce qui a été le moteur des dernières intrigues, pour réorienter clairement la série dans une autre direction. La résolution de la situation dans laquelle se trouvait Eli, Chloe et Scott illustre ce fait, aussi bien que la banalisation de la grossesse de T.J. Sorti du placard, on s’en lave les mains, ou presque.

Je commençais donc à retrouver confiance en Universe, mais l’équipe créatrice s’est donc chargé très rapidement de me remettre les pieds sur terre avec cet épisode fort peu convaincant.